Tag Archives: professional football socks

Mrz. 21.

Lattenbodem


Tagged: ,

Jan. 31.

Axel jump


The axel is a figure skating jump with a forward take off. It is named after Norwegian figure skater Axel Paulsen, who, in 1882, was the first skater to perform the jump. Compared to other common figure skating jumps, an axel has an extra ½ rotation in the air because of its forward take off. Most skaters perform the jump with counterclockwise rotation, taking off from the left forward outside edge and landing on the right back outside edge. (But a minority of skaters perform it the opposite direction). The axel can also be done as a double jump with 2 ½ rotations, or as a triple jump with 3 ½ rotations, or a quadruple axel with 4 1/2 rotations, but no skater has yet accomplished a quadruple axel in competition.

The axel jump is considered the most technically difficult jump among six types of jumps in single figure skating. According to ISU judging system, a triple axel jump has a base value of 8.5 points, while a double axel has that of 3.3 points. This makes a triple axel the highest base-valued triple jump, above other triple jumps such as the triple lutz (6 points), triple flip (5.3 points), triple loop (5.1 points), triple salchow (4.2 points), and triple toe loop (4.1 points).

To perform an axel, the skater typically approaches the jump on a right back outside edge in a strongly held check position before stepping on a left forward outside edge. He or she vaults over the toe pick of the left skate and „steps up“ into the jump with the right leg. The skater crosses the left foot in front of the right, which is known as a back spin position (similar to the loop jump), to bring the center of rotation around the right side of the body. This act is often described as a weight shift in the air. Uncrossing the legs during the landing checks the rotation and allows the skater to flow out of the jump with good speed.

It is common for skaters to skid the forward take off edge, especially on double and triple axels, rather than vaulting directly off a clean edge. The skid helps the blade grip the ice on the take off, and is considered an acceptable technique as long as the skid does not make the skater pre-rotate the jump or take off the back of the blade. When the skater makes a mistake in the timing of the jump so that the blade slips off the edge instead of gripping the ice, the result is called a „waxel,“ often resulting in a fall.

Computerized bio-mechanical studies of skaters performing double and triple axels have shown skaters typically do not achieve as much height on triple axels as they do on doubles. This may seem counter-intuitive because higher jumps ought to give a skater more time to complete the rotation. Instead, during the triple axel professional football socks, skaters do not take a big „step up“ so that they can pull into the rotation position more quickly.

The jump with half a rotation from forward outside to backward outside is called a waltz jump or a three jump in some countries. Any other rotational jump with a forward takeoff is generally considered to be a variation of the axel. These include:

In addition, an axel entrance can be used as a take-off for flying spins. An axel sit spin is also known as a flying reverse sit spin, and is essentially an axel jump landed in a back sit spin. Rarely, skaters may also attempt a double axel sit spin. In a flying open axel sit spin hydration running backpack, also known as a death drop, the skater achieves an almost horizontal position in the air (by kicking the takeoff leg backwards and to the side, instead of bringing it forward) before landing in a back sit spin.

In general, the International Skating Union’s new ISU Judging System discourages skaters from including variety jumps such as axel variants in their competitive programs, because they count towards the maximum number of permitted jumps but carry a much lower point value than any double or triple jump that the skater could perform instead. Likewise, the IJS treats all flying spins equally and does not reward the additional difficulty of a double axel sit spin.

A toe axel is not a real jump, but is instead the name given to a flawed double toe loop jump.


Tagged: ,

Jan. 26.

Rayito


Antonio Rayo (born in 1982), best known as Rayito, is a Spanish musician of Gitano and Japanese heritage. His father, a flamenco guitarist, taught him to play the instrument at a young age, and at the age of four years he was already giving concerts and winning television contests. By age eight he was famous throughout Spain as a virtuoso of flamenco guitar extra large football socks, and in 1992, at age ten, he released his first album, Rayito en Concierto. Thus he became the youngest person accepted into the SGAE, the Spanish equivalent of ASCAP. At age 15 he moved to Miami, where he collaborated with artists including Luciano Pavarotti, Plácido Domingo hydration vest for running, Julio Iglesias, Paulina Rubio, Ricky Martin, and David Bisbal meat tendrizer. In June 2005 he moved again to Puerto Rico, where he began work on a new project of his own. The product was his eponymous second album, which he released on September 26, 2006 to critical acclaim. He describes it as a flamenco pop album that draws on reggae, hip hop professional football socks, Caribbean rhythms, and Latin American styles. Rayo signed a publishing deal with Sony in January 2009. He is currently working with David Bisbal, Paulina Rubio, Rihanna, and many other artists in 2009.


Tagged: , , ,

Nov. 02.

Martin Marietta


Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Martin Marietta Corporation est une ancienne entreprise américaine. Elle a été créée en 1961 par la fusion entre la Martin Company, fabriquant essentiellement des avions, et l’American-Marietta Corporation large water thermos, producteur de matériaux de constructions. Elle a disparu en 1995 lorsqu’elle a fusionné avec Lockheed pour former Lockheed-Martin, le plus grand groupe de défense au monde. Le nouveau groupe s’est séparé de la branche matériaux de construction, devenue Martin Marietta Materials (en).

En 1982 Martin Marietta fut l’objet d’une prise de contrôle hostile par Bendix Corporation (en). Bendix acheta la majorité des actions de Martin Marietta et dans les faits professional football socks, détenait la société. Cependant le management de Martin Marietta mit à profit le peu de temps séparant la propriété du contrôle effectif de la société pour vendre les activités qui n’étaient pas dans le cœur de métier et lancèrent leur propre offre hostile de prise de contrôle. Ce procédé est connu sous le nom de „défense Pac-Man“. La fin de cette extraordinaire bataille vit la survie de Martin Marietta alors que Bendix fut racheté par Allied Corporation.


Tagged: ,

Okt. 12.

Musique thaïlandaise


Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

La musique thaïlandaise a incorporé les influences des civilisations indienne et chinoise, partageant cet héritage avec les musiques vietnamienne, laotienne et cambodgienne ; celles-ci influençant à leur tour les cérémonies bouddhistes, les rituels animistes et les cérémonies brahmaniques.

Comme ses voisines du Sud-Est asiatique, la musique traditionnelle est une musique d’ensemble destinée soit à la cour, soit au culte, soit au divertissement. Les deux principaux styles de musique folklorique sont le luk thung et le mor lam, qui est lié à la musique laotienne. Les minorités ethniques Laos, Hmong, Akha, Mien, Lisu, Karens et Lahu ont conservé leurs styles traditionnels de musique.

Bien que la Thaïlande ne fût jamais colonisée par les puissances occidentales professional football socks, la musique pop et les autres formes de musique occidentales y sont devenues très influentes.

La musique thaïlandaise fait partie de la culture orale et n’a donc pas développé de système de notation. Les premières expressions sculpturales d’instruments remontent à la période Sukhothai (XIIIe siècle). La musique fut développée pour accompagner les drames dansés (khon ou lakorn) et le théâtre d’ombres (nang). La période classique de Bangkok, qui commença en 1782, peut être considérée comme l’apogée de cette évolution musicale.

La musique continua à se développer aux siècles suivants, malgré certaines oppressions de souverains tel Rama Ier et la chute d’Ayutthaya,(destruction de sa collection d’art) en 1767. De cette destruction résulte la quasi-impossibilité de reconstituer l’histoire de la musique thaïlandaise avant la période de Bangkok.

Les rois et des membres de la famille royale ont toujours soutenu les arts et ont composé de nombreuses œuvres. Avec l’avènement de la monarchie constitutionnelle en 1932, les palais n’ont plus pu soutenir financièrement les musiciens et beaucoup de groupes furent transférés sous le patronage du ministère des Beaux-Arts, qui aujourd’hui est officiellement responsable de la préservation des arts de cour et de l’enseignement.

La musique traditionnelle est hétérophonique, disharmonique, mélodique, ou linéaire, dans sa structure horizontale faite d’une mélodie principale jouée simultanément avec ses propres variantes.

Rythmiquement parlant, la musique thaïlandaise est constante dans le tempo, régulière dans les pulsations, sans swing, avec peu de syncopes, et avec emphase sur le dernier temps d’une mesure ou d’un groupe de pulsations ou de phrases, opposé en cela au premier temps dans le cas de la musique influencée par l’Occident. La gamme thaïlandaise comporte sept notes égales, au lieu d’un ensemble de tons et demi-tons.

Il comprend des instruments à vent, un pi ou un khlui et des percussions rythmiques et mélodiques : de un à quatre xylophones ranat (ranat ek et ranat thum, aux lamelles de bois, ranat ek lek et ranat thum lek aux lamelles de métal), un ou deux gongs métalliques (cercles de gongs métalliques), de cymbales ching et du grand tambour taphon. Le nom de l’ensemble varie en fonction de l’instrumentation, ainsi le wong piphat kreung ku, etc. La voix est importante et elle alterne avec les passages instrumentaux. La musique est monotone, sonore, sans accent et répétitive, en mètre double. Chaque instrumentiste ornemente à sa guise les mélodies jouées.

Il accompagne les drames dansés (lakhon) et le théâtre de marionnettes (nang), le théâtre en rond (liké), la danse classique, les danses masquées (khon) et les cérémonies en extérieur (processions et fêtes de temple).

Le chant sepha piphat est une grande épopée jouée à l’origine sur des bâtons krap sepha et datant du XVIIIe siècle.

La suite funéraire bouddhiste nang hong est aussi jouée par cet ensemble sous la guidance du hautbois.

Il mélange les cordes avec des instruments de percussion mélodiques. Le son est assez doux et plus séduisant que le piphat. Il est composé de la flûte khlui, des cymbales ching, d’un cercle de gongs khong wong, des tambours thon et ramana, du xylophone renat ek, du luth grajabpi, des vièles saw sam sai et saw u, et de la cithare jakhe, bien que les associations d’instruments puissent changer. Cet ensemble accompagne principalement les chants sepha mahori, les danses et les drames. Le jeu en solo alterne avec le jeu d’ensemble.

Appelé aussi kreung sai ou krung sai et bien que conservant le même type d’instrumentation, l’accent est mis sur les cordes et il est plus doux encore. C’est un ensemble à cordes très ancien waterproof handphone case. Il se compose en général de deux vièles bicordes (saw duang et saw u), d’une cithare à 3 cordes (jakhe), d’une flûte khlui (qui n’est pas toujours présente), et de percussions rythmiques (tambour klawng khaek et cymbales). Les parties chantée et instrumentale alternent. Cet ensemble, proche des ensembles khmer et lao, est utilisé pour des musiques de divertissement et est populaire pour les mariages et autres célébrations du fait de ces thèmes amoureux.

Appelée pleng phua bahn, la musique folklorique forme une mosaïque de styles et de langues (61) : par exemple, les danses du Nouvel an des tribus des montagnes du Nord, les joutes chantantes des mor lam glawn, les vocalises musulmanes de likay wolou dans le Sud, le très ancien bong lang du Nord-Est (très dansant) et la musique vocale mae tae des Pwo Karen du Nord (très poétique mais encore liée aux activités humaines).

C’est un ensemble musical de l’Isan construit autour du xylophone pong lang, avec un orgue à bouche khène, un luth et des percussions. Il est utilisé à toutes fins.

Le mor lam ou mo lam est la musique folk du Nord-Est (l’Isan), qui a une population d’origine majoritairement lao. Le mor lam a beaucoup en commun avec le luk thung, comme son intérêt pour la vie des pauvres des régions rurales. Il se caractérise par la rapidité de ses vocalises rythmiques. Le chanteur, aussi appelé un mor lam, est souvent accompagné par un joueur de khên, le mor khen.

Il y a environ quinze variations régionales de mor lam, plus des versions modernes électrifiées comme le mor lam sing. Certains esprits conservateurs ont critiqué ces dernières, les accusant de commercialiser la culture traditionnelle.

La population Isan est aussi connue pour chanter un peu le kantrum, mais bien moins que le mor lam. Le kantrum est joué par les Cambodgiens habitant près de la frontière. C’est une musique de danse très rapide et traditionnelle. Dans sa forme la plus pure, cho kantrum, les chanteurs, percussions et vielles traditionnels, dominent le morceau.

Une forme plus moderne utilisant les instruments électroniques se développa dans le milieu des années 1980. Un peu plus tard dans cette décennie, Darkie devint la première vedette du genre, avant de rejoindre le marché commercial à la fin des années 1990.

Le luk thung, ou musique country thaïlandaise sous forme d’un chant très ornementé, se développa dans les années 1920 afin de témoigner des épreuves et des tribulations des Thaïlandais de la campagne. Ponsri Woranut et Suraphon Sombatjalern furent les premières vedettes du genre, incorporant des influences latines américaines, asiatiques (malaise), et plus spécialement celle des musiques de films américains et de la musique country ; parfois il se mélange au mo lam. Beaucoup des artistes les plus réputés viennent de la ville de Suphanburi (plaine centrale du pays), comme la star Pumpuang Duangjan, pionnière du luk thung électronique. La première radio spécialisée dans le luk thung fut créée en 1997.

Le saw est une musique régionale du nord jouée sur un ensemble nommé saw aussi et comprenant trois clarinettes en bambou (pi saw), une vièle saw law et un luth qui accompagnent un chanteur de ballades épiques improvisées. C’est aussi un genre de musique courtoise si deux chanteurs y participent (un homme et une femme), ou encore une musique rituelle pour les divinités locales.

Les matches de boxe muay thaï sont accompagnés d’un petit orchestre composé d’un hautbois, d’un tambour et d’une cymbale.

Vents :

Cordes :

Percussions :

Aux alentours des années 1930, la musique classique européenne, le jazz et le tango étaient populaires. Puis, le jazz agrandit son influence jusqu’à dominer la musique populaire, et Khru Eua Sunthornsananmis mit sur pied le premier groupe de jazz thaïlandais. La musique qu’il créa avec l’aide du groupe Suntharaporn et qui s’appela pleng Thai sakorn constitue un mélange de mélodies thaïlandaises et de musique classique occidentale. Cette musique continua d’évoluer en luk grung, une musique romantique à la mode dans les classes aisées. Le roi Bhumibol Adulyadej est un musicien et compositeur de jazz accompli.

Dans les années 1960, le rock occidental était répandu et les artistes thaïlandais commencèrent à imiter des groupes comme Cliff Richard & the Shadows ; cette musique s’appela wong shadow, et évolua rapidement en une forme de pop thaïlandaise appelée la musique string. La décennie suivante vit Rewat Buddhinan commencer à utiliser la langue thaïe dans le rock. Les années 70 virent aussi l’émergence des chansons engagées appelées pleng phua cheewit (chansons de la vie) et du rock thaïlandais.

Le précurseur des groupes de pleng phua cheewit s’appelait Caravan, et se distingua par son engagement dans le mouvement pour la démocratie. En 1976, la police et les activistes de droite attaquèrent les étudiants de l’université Thammasat. Caravan, ainsi que d’autres groupes et activistes, s’enfuirent dans les montagnes, continuant à jouer sa musique pour les fermiers, et composant son morceau le plus connu, Khon Gap Kwaii.

Dans les années 1980, pleng pua cheewit revint d’actualité grâce aux amnisties accordées aux dissidents. Des groupes comme Carabao devinrent numéro un des ventes et incorporèrent d’acerbes critiques sociales dans leurs paroles. Depuis les années 1990, pleng phua cheewit a vu son audience diminuer, bien que des artistes tel Pongsit Kamphee continuent à bien vendre.

La musique string (la pop thaïlandaise) a pris les commandes du marché de la musique dans les années 1990, et les vedettes bubblegum pop comme Tata Young, Bird McIntyre et Asanee & Wasan sont devenues numéro un des ventes. En même temps, des artistes influencés par la pop anglaise comme Modern Dog devinrent populaires à la fin de cette décennie. En 2006, les groupes de rock thaïlandais en première ligne sont Big Ass, Bodyslam et Silly Fools.


Tagged: ,

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Die Highlights FASHION Berlin