Tag Archives: i love football t shirt

Dez. 18.

Microexpression


A microexpression is a brief, involuntary facial expression shown on the face of humans according to emotions experienced. They usually occur in high-stakes situations, where people have something to lose or gain. Microexpressions occur when a person is consciously trying to conceal all signs of how they are feeling, or when a person does not consciously know how they are feeling. Unlike regular facial expressions, it is difficult/impossible to hide microexpression reactions. Microexpressions cannot be controlled as they happen in a fraction of a second, but it is possible to capture someone’s expressions with a high speed camera and replay them at much slower speeds. Microexpressions express the seven universal emotions: disgust, anger, fear, sadness, happiness, contempt, and surprise. Nevertheless, in the 1990s, Paul Ekman expanded his list of emotions, including a range of positive and negative emotions not all of which are encoded in facial muscles. These emotions are amusement, embarrassment, anxiety, guilt tenderizer for steak, pride, relief, contentment, pleasure, and shame. They are very brief in duration, lasting only ​125 to ​115 of a second.

Microexpressions were first discovered by Haggard and Isaacs. In their 1966 study, Haggard and Isaacs outlined how they discovered these „micromomentary“ expressions while „scanning motion picture films of psychotherapy hours, searching for indications of non-verbal communication between therapist and patient“ Through a series of studies, Paul Ekman found a high agreement across members of diverse Western and Eastern literate cultures on selecting emotional labels that fit facial expressions. Expressions he found to be universal included those indicating anger, disgust, fear, happiness, sadness tenderizing meat, and surprise. Findings on contempt are less clear, though there is at least some preliminary evidence that this emotion and its expression are universally recognized. Working with his long-time friend Wallace V. Friesen, Ekman demonstrated that the findings extended to preliterate Fore tribesmen in Papua New Guinea, whose members could not have learned the meaning of expressions from exposure to media depictions of emotion. Ekman and Friesen then demonstrated that certain emotions were exhibited with very specific display rules, culture-specific prescriptions about who can show which emotions to whom and when. These display rules could explain how cultural differences may conceal the universal effect of expression.

In the 1960s, William S. Condon pioneered the study of interactions at the fraction-of-a-second level. In his famous research project, he scrutinized a four-and-a-half-second film segment frame by frame, where each frame represented 1/25th second. After studying this film segment for a year and a half, he discerned interactional micromovements, such as the wife moving her shoulder exactly as the husband’s hands came up, which combined yielded microrhythms.

Years after Condon’s study, American psychologist John Gottman began video-recording living relationships to study how couples interact. By studying participants‘ facial expressions, Gottman was able to correlate expressions with which relationships would last and which would not. Gottman’s 2002 paper makes no claims to accuracy in terms of binary classification, and is instead a regression analysis of a two factor model where skin conductance levels and oral history narratives encodings are the only two statistically significant variables. Facial expressions using Ekman’s encoding scheme were not statistically significant. In Malcolm Gladwell’s book Blink, Gottman states that there are four major emotional reactions that are destructive to a marriage: defensiveness which is described as a reaction toward a stimulus as if you were being attacked, stonewalling which is the behavior where a person refuses to communicate or cooperate with another, criticism which is the practice of judging the merits and faults of a person, and contempt which is a general attitude that is a mixture of the primary emotions disgust and anger. Among these four, Gottman considers contempt the most important of them all.

Microexpressions are typically classified based on how an expression is modified. They exist in three groups:

Microexpressions can be difficult to recognize, but still images and video can make them easier to perceive. In order to learn how to recognize the way that various emotions register across parts of the face, Ekman and Friesen recommend the study of what they call „facial blueprint photographs,“ photographic studies of „the same person showing all the emotions“ under consistent photographic conditions. However, because of their extremely short duration, by definition, microexpressions can happen too quickly to capture with traditional photography. Both Condon and Gottman compiled their seminal research by intensively reviewing film footage. Frame rate manipulation also allows the viewer to distinguish distinct emotions, as well as their stages and progressions, which would otherwise be too subtle to identify. This technique is demonstrated in the short film Thought Moments by Michael Simon Toon and a film in Malayalam Pretham 2016 Paul Ekman also has materials he has created on his website that teach people how to identify microexpressions using various photographs, including photos he took during his research period in New Guinea.

Moods differ from emotions in that the feelings involved last over a longer period. For example, a feeling of anger lasting for just a few minutes, or even for an hour, is called an emotion. But if the person remains angry all day, or becomes angry a dozen times during that day, or is angry for days, then it is a mood. Many people describe this as a person being irritable, or that the person is in an angry mood. As Paul Ekman described, it is possible but unlikely for a person in this mood to show a complete anger facial expression. More often just a trace of that angry facial expression may be held over a considerable period-a tightened jaw or tensed lower eyelid, or lip pressed against lip, or brows drawn down and together. Emotions are defined as a complex pattern of changes, including physiological arousal, feelings, cognitive processes, and behavioral reactions, made in response to a situation perceived to be personally significant.

Facial expressions are not just uncontrolled instances. Some may be in fact voluntary, another involuntary; thus one may be truthful and another false. Facial expression may be controlled or uncontrolled. Some people are born able to control their expressions (such as pathological liars), while others are trained, for example actors. „Natural liars“ know about their ability to control microexpressions, and so do those who know them well. They have been getting away with things since childhood, fooling their parents, teachers, and friends when they wanted to. People can simulate emotion expressions, attempting to create the impression that they feel an emotion when they are not experiencing it at all. A person may show an expression that looks like fear when in fact they feel nothing, or perhaps some other emotion. Facial expressions of emotion are controlled for various reasons, whether cultural or by social conventions. For example, in the United States many little boys learn the cultural display rule, „little men do not cry or look afraid.“ There are also more personal display rules, not learned by most people within a culture, but the product of the idiosyncrasies of a particular family. A child may be taught never to look angrily at his father, or never to show sadness when disappointed. These display rules, whether cultural ones shared by most people or personal, individual ones, are usually so well-learned, and learned so early, that the control of the facial expression they dictate is done automatically without thinking or awareness.

Involuntary facial expressions can be hard to pick up and understand explicitly, and it is more of an implicit competence of the unconscious mind. Daniel Goleman created a conclusion on the capacity of an individual to recognize their own, as well as others‘ emotions, and to discriminate emotions based on introspection of those feelings. This is part of Goleman’s emotional intelligence. In E.I. attunement is an unconscious synchrony that guides empathy, and report. attunement relies heavily on nonverbal communication. Looping is where facial expressions can elicit involuntary behavior, In the research motor mimicry there shows neurons that pick up on facial expressions and communicate with motor neurons responsible for muscles in the face to display the same facial expression. Thus displaying a smile may elicit a micro expression of a smile on someone who is trying to remain neutral in their expression. Through fMRI we can see the area where these Mirror neurons are located lights up when you show the subject an image of a face expressing an emotion using a mirror. In the relationship of the prefrontal cortex also known as the (executive mind) which is where cognitive thinking experience and the amygdala being part of the limbic system is responsible for involuntary functions, habits, and emotions. The amygdala can hijack the pre-frontal cortex in a sympathetic response. In his book Emotional Intelligence Goleman uses the case of Jason Haffizulla (who assaulted his high school physics teacher because of a grade he received on a test) as an example of an emotional hijacking this is where rationality and better judgement can be impaired. This is one example of how the bottom brain can interpret sensory memory and execute involuntary behavior. This is the purpose of microexpressions in attunement and how you can interpret the emotion that is shown in a fraction of a second. The microexpression of a concealed emotion that’s displayed to an individual will elicit the same emotion in them to a degree, this process is referred to as an emotional contagion. Being able to introspect these emotions can have applications to having more accurate judgements on an individuals intentions although accuracy depends a lot of factors. Accuracy can be determined by an web based microemotional aptitude test called the Profile of Nonverbal Sensitivity (PONS) which is similar to the Mayer-Salovey-Caruso Emotional Intelligence Test (MSCEIT) which tests the ability to read emotions.

Micro Facial expression training tools and subtle Facial expression training tools are software made to develop someone’s skills in the competence of recognizing emotion. The software consists of a set of videos that you watch after being educated on the facial expressions. After watching a short clip, there is a test of your analysis of the video with immediate feedback. This tool is to be used daily to produce improvements. Individuals that are exposed to the test for the first time usually do poor trying to assume what expression was presented, but the idea is through the reinforcement of the feedback you unconsciously generate the correct expectations of that expression. These tools are used to develop rounder social skills and a better capacity for empathy. They are also quite useful for development of social skills in people on the autism spectrum.

There is no sign of deceit itself. There is no gesture, facial expression, nor muscle twitch that itself indicates that a person is lying. There are only clues that the person is poorly prepared and that the clues of emotions do not fit what the person is saying. These are what provide clues of leakage or deception. Microexpressions do not show what intentions or thoughts the deceiver is trying to conceal. They only provide the fact that there was emotional arousal in the context of the situation. If an individual displays fear or surprise in the form of a microexpression, it does not mean that the individual is concealing information that is relevant to investigation. This is similar to how polygraphs fail to some degree: because there is a sympathetic response due to the fear of being disbelieved as innocent. The same goes for micro expressions, when there is a concealed emotion there is no information revealed on why that emotion was felt. They do not determine a lie, but are a form of detecting concealed information. Dr. David Matsumoto explains that one must not conclude that someone is lying if a microexpression is detected but that there is more to the story than is being told. Paul Ekman created a paradigm to determine the confidence in deception apprehension due to the context of the situation and the person to be the liar themselves. The situational factors can be the type of person, any relationships, or the type of lie they are telling, or whether it is the act of withholding information or telling a false information. If a lie is successful, it can be followed by expressions of false delight, which is when happiness expressed in the satisfaction of the deceiver, or deception guilt, which can come on as an expression of fear or sadness.

There are also behavioral signs of false expressions or when an emotional expression is not genuinely being felt. Usually these can be interpreted implicitly because they are out of synch, similar to when something feels off about what somebody says, but these sign can go unnoticed.

A question commonly asked[by whom i love football t shirt?] is whether facial expressions within microexpressions are universal no matter what their background. Charles Darwin wrote that facial expressions of emotion are universal, not learned differently in each culture; that they are biologically determined, the product of man’s evolution. Many writers have disagreed with this statement. David Matsumoto however agreed with this statement in his study of sighted and blind Olympians. Using thousands of photographs captured at the 2004 Olympic and Paralympic Games, Matsumoto compared the facial expressions of sighted and blind judo athletes, including individuals who were born blind. All competitors displayed the same expressions in response to winning and losing. Matsumoto discovered that both blind and sighted competitors displayed similar facial expression, during winnings and loss. These results suggest that our ability to modify our faces to fit the social setting is not learned visually. Paul Ekman did research to find out if there were 5 innate facial expressions that are not culturally learned. To do this he had to find an isolated preliterate community to show that the expressions displayed by the people that occupy that area can be interpreted in their expression to the same in how anyone globally could understand implicitly how they were feeling.

The Facial Action Coding System or FACS is used to identify facial expression. This identifies the muscles that produce the facial expressions. To measure the muscle movements the action unit (AU) was developed. This system measures the relaxation or contraction of each individual muscle and assigns a unit. More than one muscle can be grouped into an Action Unit or the muscle may be divided into separate action units. The score consists of duration, intensity and asymmetry. This can be useful in identifying depression or measurement of pain in patients that are unable to express themselves.

The Facial Action Coding System training manual, first published in 1978 with multimedia supplements, is designed to teach individuals how to detect and categorize facial movements. The guide provides lessons and practice for memorizing action units and combinations of action units. The manual’s purpose is to enable practitioners to recognize different physiological attributes of facial expressions, but leaves the interpretation of this data up to other works. Users should not expect to become face-reading experts. It can be particularly useful to behavioral scientists, CG animators, or computer scientists when they need to know the exact movements that the face can perform, and what muscles produce them. It also has potential to be a valuable tool for psychotherapists, interviewers, and other practitioners who must penetrate deeply into interpersonal communications. A new version (2002) of FACS by Paul Ekman, Wallace V. Friesen, and Joseph C. Hager is now available with several core improvements, including more accurate representations of facial behaviors and cleaner, digital images. Other related tools for facial expression recognition training include the Micro Expression Training Tool (METT) and Subtle Expression Training Tool (SETT), both developed by Paul Ekman. The pioneer F-M Facial Action Coding System 2.0 (F-M FACS 2.0) was created in 2017 by Dr cheap reusable water bottles. Freitas-Magalhães, and presents about 2,000 segments in 4K, using 3D technology and automatic and real-time recognition.

In the Wizards Project, previously called the „Diogenes Project“, Paul Ekman and Maureen O’Sullivan studied the ability of people to detect deception. Of the thousands of people tested, only a select few were able to accurately detect when someone was lying. The Wizards Project researchers named these people „Truth Wizards“. To date, the Wizards Project has identified just over 50 people with this ability after testing nearly 20,000 people. Truth Wizards use microexpressions, among many other cues, to determine if someone is being truthful. Scientists hope by studying wizards that they can further advance the techniques used to identify deception.

Microexpressions and associated science are the central premise for the 2009 television series Lie to Me, based on discoveries of Paul Ekman. The main character uses his acute awareness of microexpressions and other body language clues to determine when someone is lying or hiding something.

They also play a central role in Robert Ludlum’s posthumously published The Ambler Warning, in which the central character, Harrison Ambler, is an intelligence agent who is able to see them. Similarly, one of the main characters in Alastair Reynolds‘ science fiction novel, Absolution Gap, Aura, can easily read microexpressions.

In The Mentalist, the main character, Patrick Jane, can often tell when people are being dishonest. However, specific reference to microexpressions is only made once in the 7th and final season.

In the 2015 science fiction thriller Ex Machina, Ava, an artificially intelligent humanoid, surprises the protagonist, Caleb, in their first meeting, when she tells him „Your microexpressions are telegraphing discomfort.“

In the espionage novel Performance Anomalies, the central character, Cono 7Q, has an due to mutations in several brain-related genes on chromosome 7; this enables him to perceive fleeting as well as other hyper-fast phenomena.

Though the study of microexpressions has gained popularity through popular media, studies show it lacks internal consistency in its conceptual formation.


Tagged: , , ,

Dez. 17.

The Beatles: The Collection


The Beatles: The Collection è un box set di dischi in vinile comprendente tutti gli album registrati dai Beatles, rimasterizzati a velocità dimezzata dagli originali nastri master stereo, ad eccezione di Magical Mystery Tour che era stato già masterizzato in stereo all’epoca della pubblicazione dai tecnici della Capitol Records.

Ogni album venne stampato su dischi in vinile di qualità superiore dalla Victor Company of Japan al fine di assicurare la migliore qualità sonora possibile. Le copertine originali dei dischi furono rimpiazzate da fotografie di nastri e bobine audio world football shirts. Le vere copertine vennero raccolte in un booklet incluso nel cofanetto insieme ad un certificato che attestava l’autenticità dell’edizione in tiratura limitata del box set. Da questa compilation furono esclusi tutti i singoli dei Beatles pubblicati in Inghilterra che non erano apparsi sui dischi regolari.

Pubblicato a inizio ottobre 1982, il cofanetto venne lodato dalla critica e dal pubblico per l’ottima qualità sonora dei vinili, ed andò esaurito entro il primo anno di messa in commercio. La MFSL ristampò quindi una seconda volta il box set arrivando così a una produzione complessiva di 25.000 copie totali i love football t shirt. Oggi reusable sports water bottles, una copia in perfette condizioni del cofanetto vale circa 1.000 dollari nel mercato del collezionismo.


Tagged: , ,

Sep. 12.

‚t Hofke (Eindhoven)


‚t Hofke is een buurt in het stadsdeel Tongelre in de Nederlandse stad Eindhoven. De buurt ligt in het oosten van Eindhoven, in de wijk Oud-Tongelre.

De oude kern van het dorp Tongelre concentreerde zich rond de huidige wijk ‚t Hofke.

In de wijk ligt een gelijknamige straat, ‚t Hofke, die het oude centrum van Tongelre geheel omsluit.

De Sint-Martinuskerk, rijksmonument, ‚t Hofke 1

Pastorie (thans woonhuis)

kelme t shirt

KELME Elastic Long-sleeve Tights Pratice Football T-shirt Breathable Perspiration

BUY NOW

39.99
26.99

, ‚t Hofke 3

Boerderij, ‚t Hofke 13, rijksmonument

Wijkcentrum ‚t Oude Raadhuis, ‚t Hofke&nbsp cheap sports water bottles;15 i love football t shirt, rijksmonument

Oude pastorie (thans woonhuis), ‚t Hofke 22

Buurten: Doornakkers-West · Doornakkers-Oost · Muschberg en Geestenberg · ‚t Hofke · Karpen · Koudenhoven · Urkhoven

Centrum: Binnenstad · De Bergen · Fellenoord · Witte Dame · Universiteitsterrein
Gestel: Oud-Gestel · Oud Kasteel · Rozenknopje
Tongelre: Oud-Tongelre · De Laak
Stratum: Oud-Stratum · Kortonjo · Putten
Strijp: Oud-Strijp · Halve Maan · Meerhoven
Woensel-Noord: Ontginning · Achtse Molen · Aanschot · Dommelbeemd
Woensel-Zuid: Oud-Woensel · Erp · Begijnenbroek
Dorpen: Acht     &nbsp insulated water bottle stainless steel; Buurtschappen: Bokt · ‚t Coll · Gennep · Heistraat · buurt Riel/ buurtschap Riel · Urkhoven ·
Noord-Brabant: Steden en dorpen      Nederland: Provincies · Gemeenten


Tagged: , , ,

Aug. 18.

Walt Disney World Resort


Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Géolocalisation sur la carte : Floride

Géolocalisation sur la carte : Orlando (Floride)

Walt Disney World Resort en Floride est le plus grand complexe de loisirs de la Walt Disney Company. Il est situé à environ 30 kilomètres au sud-ouest d’Orlando, ville qui accueille depuis de nombreux parcs d’attractions concurrents tel que Universal Orlando Resort et SeaWorld. Le complexe de Disney regroupe plusieurs parcs de loisirs, de nombreux hôtels et tous les services associés. C’est une vraie ville fondée sur le tourisme et façonnée par ce que Walt Disney puis l’entreprise Disney ont appelé la magie Disney.

Le domaine s’étend sur plus de 27 400 acres (111 km2), soit un peu plus que la ville de Paris (105 km2) ou deux fois l’île de Manhattan (50 km2). Le parc fut à l’origine de l’explosion démographique et économique de la ville d’Orlando, particulièrement de son aéroport et de son secteur hôtelier.

Walt Disney négocia avec l’État de Floride pour que le domaine puisse avoir une juridiction comparable à une ville. C’est la signature du Reedy Creek Act qui créa en 1965 l’équivalent d’une commune dirigée par une société privée, la première du genre.

Le parc appartient en réalité à plusieurs sociétés toutes filiales de la Walt Disney Company dont la Walt Disney World Company et la Walt Disney Travel Company. Walt Disney avait organisé un important „montage financier“ avec des sociétés écrans afin de diluer la part de la Walt Disney Company dans cet important projet.

Il possède sa propre monnaie valable dans tout le domaine, le Disney Dollar, échangeable au taux de 1 pour 1, avec le dollar américain.

L’histoire du complexe remonte aux années qui suivirent l’ouverture en Californie du premier parc de la société Disney, Disneyland. Walt Disney aurait voulu faire de ce parc un Royaume Enchanté au plein sens du terme. Mais il s’aperçut que les alentours de son royaume attiraient des promoteurs peu respectueux de la qualité du décor qu’il désirait. Alors il décida de construire un autre parc dont il maîtriserait les alentours. Un autre point est que dans les années 1960 la Floride attire plus de 20 millions de touristes venant en voiture principalement de l’est des États-Unis et passant par le centre de l’état pour rejoindre les plages. Le parc de Floride ne risquait pas de concurrencer le parc californien.

Le premier parc du Walt Disney World ouvrit ses portes le . Et depuis, grâce à l’immense superficie, la Walt Disney Company a pu ouvrir plusieurs autres parcs, de nombreux hôtels et tout un univers environnant à l’image „voulue par son créateur“, un monde d’illusion.

Le projet commença peu après l’ouverture de Disneyland en 1955 quand Walt Disney s’aperçut qu’il n’avait aucun contrôle sur l’extérieur de son royaume enchanté.

En 1959, la Walt Disney Company, sous la direction de Walt Disney, commence à chercher un second domaine pour compléter l’offre de Disneyland, qui avait ouvert à Los Angeles en 1955. Une étude de marché avait révélé que seulement 2 % des visiteurs de Disneyland venaient de l’est du Mississippi, où près de 75 % de la population des États-Unis vivent. Jimmy Johnson évoque un chiffre de 66 % venant de l’ouest du Mississippi. De plus, Walt Disney n’aimait pas les commerces et hôtels qui avaient poussé autour de Disneyland, et désirait contrôler le plus de terrains possible autour du nouveau projet. Dans les années 1960, la Floride attire plus de 20 millions de touristes venant en voiture principalement de l’est des États-Unis et passant par le centre de l’état pour rejoindre les plages. Le parc de Floride ne risquait pas de concurrencer le parc californien.

Walt Disney survola le site d’Orlando pour la première fois le 22 novembre 1963. Il pût se rendre compte du réseau routier, comprenant l’autoroute Interstate 4 et la Florida’s Turnpike, ainsi que de la base aérienne de McCoy Air Force Base, qui devint bientôt l’aéroport international d’Orlando. Quand plus tard on lui demanda pourquoi il avait choisi ce site Walt répondit, « À cause des autoroutes qui se croisent ici. » Le plan d’eau naturel de Bay Lake l’intéressa aussi pour la première phase du développement du complexe.

Voir aussi l’article sur la Walt Disney World Company.

Entre fin 1963 et 1965, Walt Disney sous le couvert d’agents et de sociétés écrans, se proposa d’acheter à de nombreux petits propriétaires leur orangeraie ou leur marais à environ une trentaine de kilomètres au Sud-Ouest d’Orlando, entre le Bay Lake, le croisement de l’autoroute Interstate I-4, alors en construction et la « nationale » US 192 pour un total de 27 400 acres (11 088 ha) (111 km2). Le secret fut gardé vis-à-vis de la presse afin de ne pas provoquer d’inflation au niveau du prix des terrains.

Les premiers hectares (2 seulement) furent achetés le 23 octobre 1964 par la Ayefour Corporation (un jeu de mots sur Interstate 4 appelé I-4). En , la majorité des transactions de terrains avait été enregistrée à quelques kilomètres au sud-ouest de Orlando dans le comté d’Osceola. Deux grandes parcelles furent achetées 1,5 million de dollars au total, d’autres plus petites de champs et prairies le furent par des sociétés aux noms exotiques tels que la Latin-American Development and Management Corporation ou la Reedy Creek Ranch Corporation. En plus de ces trois énormes parcelles de terrains, il y avait de nombreuses bien plus petites, référencées comme « extérieur ». Beaucoup de terres avaient été découpées en lots de deux hectares en 1912 par la Munger Land Company et vendues aux investisseurs. Dans de nombreux cas, les propriétaires furent contents de vendre ce qui étaient essentiellement des marais. Mais ensuite un nouveau problème fut les droits miniers sur le terrain, propriété du Tufts College (Université du Massachusetts). Sans le transfert de ces droits, l’université de Tufts aurait pu réclamer la destruction des bâtiments afin d’exploiter ses mines.

Toutes les sociétés fusionnèrent ensuite en Compass East Corporation le 7 décembre 1964. Cette nouvelle société fut elle-même renommée en 1967 Walt Disney World Company.

Avant l’annonce officielle par Walt Disney en 1965 de la création de Walt Disney World, de nombreuses rumeurs indiquaient que la NASA ou Boeing allaient construire une immense usine en banlieue d’Orlando. En octobre 1965, Disney a acheté 27 443 acres (11 106 ha) de terrains pour un prix moyen de 200 USD l’acre

Après que la plupart des terrains furent achetés, un journal local, l’Orlando Sentinel, identifia Walt Disney comme l’acheteur et révèle le secret le 20 octobre 1965. Une conférence de presse est rapidement organisée le 15 novembre 1965. Elle fut présidée par le gouverneur de Floride, Hayden Burns, qui annonça officiellement la construction d’un Disneyland à Orlando. Durant cette conférence, Walt Disney expliqua les plans pour le site, y compris Epcot, la « Experimental Prototype Community of Tomorrow », qui était une ville futuriste. Les sommes investies dans l’achat et la construction du complexe ont été converties en actions de la société Walt Disney Productions en 1968-1969 ce qui a permis de réduire la dette de l’entreprise de 90 millions d’USD. Une émission d’action a permis ensuite de lever 72 millions d’USD ce qui fait dire au magazine Forbes en mai 1971 que l’histoire financière derrière la création est aussi magnifique que le développement lui-même.

Le Reedy Creek Drainage District fut intégré le 13 mai 1966 dans le chapitre 298 des statuts de l’État de Floride, donnant ainsi des pouvoirs à la Walt Disney World Company en matière de drainage sur son terrain. Afin de créer cet organisme, seul l’accord des propriétaires terriens est requis en Floride, alors qu’en France, il s’agirait d’un établissement public d’équipement ou d’aménagement.

Le 2 février 1967, Roy Disney tint une conférence à Winter Park en Floride. Le rôle de EPCOT fut présenté dans un film, le dernier enregistré par Walt Disney avant sa mort. Après le film, il fut expliqué que pour que Walt Disney World réussisse, un organisme spécial devait être formé, le Reedy Creek Improvement District qui s’occuperait de deux villes, la ville de Bay Lake et celle de Reedy Creek (maintenant Lake Buena Vista). En plus des pouvoirs habituels des villes, qui comprend l’émission d’emprunts exempts d’impôt, cet organisme d’aménagement ne devrait pas être soumis aux lois communales et fédérales actuelles ou futures sur l’utilisation des terrains à l’exception des taxes de propriété et des inspections d’ascenseurs.

Les lois formant l’organisme et les deux villes furent signées le 12 mai 1967. La cour suprême de Floride confirma par décret en 1968 que l’organisme était autorisé à émettre des emprunts exempts d’impôts pour des projets « publics », bien que le seul bénéficiaire en soit, finalement, la Walt Disney Company.

La construction des canaux de drainage fut rapidement commencée par l’établissement d’aménagement, et Disney construisit les premières routes et le Magic Kingdom. Un important système de surveillance de la propriété fut aussi installé pour prévenir les incendies, stabiliser le niveau des eaux… Plus de 300 points auraient été disséminés.

En 1970, le district émet un code d’urbanisme spécial nommé EPCOT Building Code permettant de construire des bâtiments sur le domaine avec la plupart des règles d’urbanismes fédérales mais aussi des dérogations spéciales autorisant les châteaux et autres édifices peu courants dans d’autres lieux que les parcs à thèmes.

Le 10 janvier 1970, le Walt Disney World Preview Center ouvre ses portes afin de présenter le projet, et resta ouvert jusqu’au 30 septembre 1971, veille de l’ouverture du premier parc.

Parallèlement à la création d’infrastructure assez lourde (Voir Ci-dessus), Disney a dû établir plusieurs sociétés, les réseaux et les locaux associés car la zone ne contenait strictement rien. Disney construisit une centrale énergétique, une station de traitement des eaux, des ateliers, des usines, une centrale de nourriture, plusieurs services pour les costumes sans compter les lignes électriques, téléphoniques, les canalisations d’eau dont l’irrigation des golfs. On peut aussi citer les besoins en air conditionné, en eau chaude ou la surveillance anti-incendie.

La centrale énergétique construite et située sur la propriété, produit de l’eau chaude et de l’air comprimé grâce à la grande chaleur des turbines des générateurs. L’eau chaude est utilisée à son tour pour le chauffage des bâtiments, l’usage domestique et les générateurs d’air conditionné. Un ingénieux système de surveillance permet de détecter toutes anomalie dans le système de distribution. Elle permet aussi d’approvisionner partiellement le complexe en électricité et d’avoir si nécessaire une source d’énergie de secours en cas de catastrophe.

Disney construisit derrière le Magic Kingdom, dans la Central Shop North, les ateliers et usines nécessaires aux besoins du complexe. Ainsi une usine peut produire depuis les panneaux signalétiques jusqu’aux véhicules des attractions en passant par les poubelles et les ornements métalliques ou en bois. Des ateliers de plomberie, d’électricité ou de réparations en tout genres durent être construits. Mais il fallait des ouvriers. Le plus dur fut de faire déménager les futurs employés avec les qualifications nécessaires. Pour le téléphone Disney créa la Vista United Telecommunication.

Disney construisit aussi la Central Shop South pour les articles pouvant être vendus ou mangés. Une immense centrale de restauration reçoit de nombreuses denrées alimentaires directement depuis les producteurs comme le ferait un centre commercial puis les répartit dans les restaurants et bars du complexe. Afin de ne pas trop dépendre des sous-traitants, Disney produit lui-même (avec l’aide de la Canteen Corp) sa propre pâtisserie-boulangerie, une boucherie-charcuterie, une cuisine pour les soupes, les sauces, les pizzas, les sandwiches et les salades. Le tout avec les services de contrôle associés obligatoires.

Pour les besoins des employés costumés, une immense garde-robe et les ateliers de confection et de réparation de vêtements ont été construits avec un énorme pressing. Chaque hôtel possède son atelier de „couture“ et un pressing utilisable aussi pour les besoins de la clientèle. Les robots des attractions sont pour certains costumés, leurs vêtements sont aussi entretenus par le service des costumes. D’autres objets peuvent aussi être confectionnés dans le complexe comme certains articles de souvenirs, mais depuis quelques années c’est plutôt en Chine que Disney les fait faire.

Le Disney’s Contemporary Resort, le Disney’s Polynesian Resort et le Disney’s Fort Wilderness Resort and Campground furent aussi construits afin d’ouvrir en même temps que le parc à thème le 1er octobre 1971.

Coté publicité, l’ensemble de la société est mise à contribution et la presse réalise plusieurs dossiers.

Durant la phase I, les travaux sont colossaux entre le système de drainage pour assécher les zones marécageuses, le lagon artificiel Seven Seas Lagoon, le monorail et deux hôtels. Dave Smith évoque en 1998 une somme pour le projet de 400 millions de $ mais grâce aux qualités de Roy Oliver Disney, la société ne présente aucune dette importante .

En 1971, le parc Magic Kingdom ouvre ses portes le 1er octobre. Durant la cérémonie d’ouverture, Roy Disney demanda à la veuve de Walt, Lillian ce qu’elle pensait de Walt Disney World. Elle répondit, « Je pense que Walt aurait approuvé. »

Le complexe s’ouvre avec un parking, deux hôtels le Disney’s Contemporary Resort et le Disney’s Polynesian Resort; le tout relié par un monorail. Le parking est relié à la US-192 par une longue autoroute privée, la World Drive. De plus, un camping géant est agencé dans la forêt au nord-est du site, c’est le Disney’s Fort Wilderness Resort and Campground. Trois golfs complètent l’ensemble.

Les transports sont un des éléments clefs du projet. Walt Disney a toujours voulu résoudre les problèmes de la société contemporaine (Cf Epcot). À l’image de Disneyland, le parc contient de nombreuses attractions où les visiteurs se déplacent mais l’extérieur compte aussi plusieurs moyens de transports. Depuis le parking où les visiteurs « abandonnent » leurs véhicules, des trains sur roues les amènent à un centre de transport. De là, ils peuvent embarquer dans l’un des monorails ou prendre un ferry pour traverser le Seven Seas Lagoon. Il y a quelques années, en raison de l’accroissement des transports au sein du domaine, une gare de bus fut construite juste à l’entrée du Magic Kingdom afin de réduire l’engorgement du monorail et des ferries. Il semble que Walt Disney n’en n’aurait pas voulu mais personne n’avait imaginé le domaine actuel…

Le drainage du Seven Seas Lagoon permit de surélever le Magic Kingdom mais aussi grâce au sable pur découvert sous la boue, de faire des plages de sable blanc pour les hôtels.

En 1972, le Disney Village Resort ouvre ses portes au milieu d’un golf, le Lake Buena Vista Golf Course. Il est constitué de maisons forestières et de villas de vacances.

En 1973, le Disney’s Golf Resort ouvre entre deux parcours de golfs, le Magnolia Golf Course et le Palm Golf Course. Il fut plus tard renommé The Disney Inn, puis Shades of Green. C’est actuellement une résidence pour l’armée. Un troisième parcours fut ajouté : le Oak Trail Golf Course (9 trous)

En 1974, le domaine accueille sa première attraction en dehors des parcs, le parc zoologique miniature de Discovery Island, placé sur une île de Bay Lake, juste au nord du camping.

En 1975 le Disney Village Resort s’agrandit et accueille les Fairway Villas.

En 1975, le parc a déjà accueilli plus de 50 millions de visiteurs.

Le 15 janvier 1975, le Magic Kingdom accueille une attraction spécialement conçue pour lui, le désormais célèbre Space Mountain. C’est le premier parcours de montagnes russes de Disney.

Le 22 mars 1975 le Disney Village MarketPlace ouvre près de l’I-4, et deviendra plus tard une partie de Downtown Disney.

Le 14 juillet 1975 Disney annonce la construction de EPCOT Center.

Le 20 juin 1976 le parc aquatique de Disney’s River Country ouvre ses portes sur les rives de Bay Lake près du camping et face à Discovery Island.

Le 1er octobre 1979, les travaux de EPCOT Center commencent.

En 1980 le domaine accueille son premier centre de congrès, le Walt Disney World Conference Center. De plus Disney’s Village Resort s’agrandit à nouveau avec les Club Lake Villas.

En 1982, aussi le 1er octobre, EPCOT Center ouvre ses portes au cœur du complexe sur 104 ha et ajoute un parking et un monorail à l’ensemble. Une seconde voie rapide permet de relier la I-4 et la World Drive: l’Epcot Center Drive.

L’année 1989 est chargée pour Walt Disney World, les projets lancés par Michael Eisner après sa nomination à la tête de la Walt Disney Company en 1984, arrivent à leur terme.

Le 1er mai 1989, un troisième parc ouvre juste au sud d’EPCOT Center le long de la World Drive, sur le thème du cinéma, Disney-MGM Studios. Cette ouverture permet à Disney de contrer Universal qui venait d’annoncer l’ouverture pour 1990 de Universal Studios Florida, situé un peu plus près d’Orlando (10 km), le long de I-4.

Le même jour, Pleasure Island ouvre à côté de MarketPlace dans ce qui deviendra Downtown Disney afin de contrer l’essor des attractions nocturne du centre ville d’Orlando tel que Church Street Station.

Disney’s Typhoon Lagoon, un parc aquatique ouvre aussi en 1989, afin d’allonger encore un peu la durée des séjours.

À la même époque, l’ouverture de plusieurs hôtels lance une grande vague de construction d’hôtels sur le site et de nouveautés dans le complexe.

D’autres hôtels suivront à intervalles réguliers.

En 1991 le Bonnet Creek Golf Club ouvre avec deux parcours de golfs.

En 1992 à proximité du Disney Village Resort ouvre le premier Disney Vacation Club, le Disney’s Old Key West Resort sous la forme de petites maisons.

En 1994, la première des trois tranches du Disney’s All-Star Resort ouvre ses portes. De plus Disney’s Wilderness Lodge Resort est le premier hôtel depuis 1971 à être construit sur les rives de Bay Lake. C’est un hôtel inspiré des retraites dans les Rocheuses, qui a un grand succès.

En 1995, la seconde des trois tranches du Disney’s All-Star Resort ouvre ses portes.

Le 1er avril 1995 le parc aquatique Disney’s Blizzard Beach ouvre ses portes.

Le 20 juin 1995, Michael Eisner annonce la construction du nouveau parc et le lancement d’une nouvelle phase.

En juillet 1995, le Disney’s Grand Floridian Beach Resort voit s’ouvrir sur un îlot (artificiel) un pavillon d’un blanc pur dédié entièrement aux mariages, le Disney’s Fairy Tale Wedding Pavilion dans un style architectural victorien.

Le 26 janvier 1996, la piste de course Walt Disney World Speedway est inaugurée par une course d’Indy Car 200.

En 1996, une partie du Disney Village Resort est transformée en un complexe d’instruction dirigée, le Disney Institute. Ce concept est inspiré de certaines congrégations religieuses ou sectes. Le principe voulu par Michael Eisner était que les visiteurs se développent personnellement grâce à Disney. Ils pouvaient ainsi lors de leurs séjours apprendre à améliorer leurs techniques au golf, s’initier à l’art culinaire ou au dessin, avec des spécialistes Disney. Le Disney Institute ne fonctionna pas vraiment et fut fermé.
La même année un hôtel tout en un ouvre face aux Disney’s Yacht & Beach Club Resort, le Disney’s BoardWalk Resort. Cet hôtel comprend une aile Disney Vacation Club et une autre normale, un centre de congrès, une zone de loisirs aquatiques et une zone commerciale Disney’s BoardWalk agencée le long d’une promenade balnéaire (dont l’hôtel tire son nom).

En mars 1997, un complexe dédié au sport, plutôt orienté professionnel, ouvre au sud du complexe, le Disney’s Wide World of Sports.

Le 15 septembre 1997, Downtown Disney West Side ouvre dans le prolongement de Pleasure Island et Marketplace englobe le AMC Theater (cinéma construit en 1989 et agrandi en 1996) et le Planet Hollywood (construit en 1994).

Le 8 janvier 1998, le premier McDonald’s d’un complexe Disney, ouvre à Downtown Disney Marketplace.

Le 22 avril 1998, le quatrième parc Disney’s Animal Kingdom ouvre à l’extrême ouest de la propriété le long de l’US-192. C’est le plus grand parc à thème construit sur 200 ha avec une reproduction d’un safari africain avec de vrais animaux dans un décor recréé en partie grâce à l’acclimatation de plantes. Ce parc est aussi créé pour rivaliser avec le succès du Busch Gardens Tampa Bay à une centaine de kilomètres d’Orlando le long de I-4 près de Tampa.

Le 24 juin 1998, le complexe accueille son 600 millionième visiteur

En 1999, la dernière tranche du Disney’s All-Star Resort ouvre ses portes pour un total de 5760 chambres et Disney annonce le début de la construction du Disney’s Pop Century Resort.

Le 1er septembre 2001 le parc River Country ferme ses portes.

En 2003, la société Hess reprend le contrat des deux stations services du complexe et profite de ce mécénat pour agrandir le Disney’s Wide World of Sports. De plus le concept inauguré avec les Disney’s All-Star Resort est repris pour le Disney’s Pop Century Resort. La première tranche de 2048 chambres ouvre à l’automne. Le , la Walt Disney Company obtient du Congrès des États-Unis que les domaines de Disneyland et Disney World soient des zones d’exclusion aérienne sans en avoir fait une demande officielle.

En 2004, Disney décide de transformer l’ancien Disney Institute en un immense Disney Vacation Club : Disney’s Saratoga Springs Resort, la première tranche ouvre le 17 mai.

Le 5 mai 2005 un service de bus direct avec l’aéroport international d’Orlando est lancé, nommé Disney’s Magical Express, projet annoncé le 24 décembre 2004.

En 2006, l’attraction Expedition Everest ouvre à Disney’s Animal Kingdom, c’est le plus grand circuit de montagnes russes construit par Walt Disney Imagineering.

Le 12 octobre 2006, Disney a annoncé la construction d’un Disney Vacation Club, nommé Disney’s Animal Kingdom Villas à côté de l’hôtel avec une ouverture prévue pour l’automne 2007.

Le 25 août 2008, Disney vend 1,2 km2 de terrain à Four Seasons pour la construction d’une résidence hôtelière comprenant un golf, l’ancien Eagle Pines fermé depuis mars 2008. Le 16 septembre 2008, Disney World annonce l’ouverture prochaine de deux nouveaux DVC : la Bay Lake Tower au Disney’s Contemporary Resort et les Treehouse Villas au Disney’s Saratoga Springs Resort. Le 18 décembre 2008, Disney annonce l’ouverture d’une attraction American Idol aux Disney’s Hollywood Studios en février 2009

Le 21 juin 2009, Disney annonce l’extension du service de réservation des restaurants du complexe déjà présent de manière téléphonique, avec une version par internet. Le 5 juillet 2009, une collision entre le train rose (pink) et le train mauve (purple) du Walt Disney World Monorail a provoqué la mort du jeune chauffeur âgé de 21 ans, premier accident fatal pour ce moyen de transport en exercice depuis 38 ans. Le 2 octobre 2009, Walt Disney World Resort offre une parcelle de 50 acres (202 343 m2) pour construire la gare du futur TGV floridien, Florida High Speed Rail. Le 5 novembre 2009, Disney annonce que le Disney’s Wide World of Sports Complex sera renommé ESPN Wide World of Sports Complex le 25 février 2010. Le 16 novembre 2009, Disney lance avec Verizon un service d’aide aux visiteurs dans les parcs de Floride.

Le 23 mars 2010, un bus du Disney Transport percute l’arrière d’un car privé et provoque 8 blessés parmi ses passagers. Le 23 juin 2010, Disney lance un programme de demeure de luxe dans Walt Disney World Resort, Golden Oak qui remplace le Eagle Pine. Le programme s’étend sur 980 acres (3,97 km2) et proposera des maisons entre 1,5 et 8 millions d’USD. Le 4 août 2010 i love football t shirt, Walt Disney World Resort annonce l’ouverture le 27 août d’un centre pour animaux de 50 000 pieds carrés (4 645 m2) géré par Best Friends Pet Resort au sein du complexe. Situé à proximité du Disney’s Port Orleans Resort, il peut accueillir 270 chiens, 30 chats, des oiseaux et des rongeurs. Le chenil ouvre le 1er septembre. Le 20 septembre 2010, Sprint débute la couverture en WiMAX de la zone d’Orlando et de Walt Disney World Resort. Le 29 septembre 2010, Hilton rachète pour 127,2 millions d’USD, l’hôtel Hilton de Walt Disney World Resort à Tishman, comprenant 814 chambres et un centre de congrès de 74 000 pieds carrés (6 875 m2).

Le 29 juillet 2011, Disney et Chiquita annoncent un partenariat promotionnel dans les parcs de Walt Disney World Resort et les navires de Disney Cruise Line, par sponsorisation d’attractions (Crush ‘n’ Gusher” à Disney’s Typhoon Lagoon et Living with the Land) et vente des produits Chiquita. Le 24 août 2011, Disney annonce faire gérer les cinq golfs du Walt Disney World Resort à un partenaire privé, le groupe d’Arnold Palmer. Le 13 septembre 2011, Four Seasons Hotel annonce un projet hôtelier de luxe de 360 millions de $ à proximité du Magic Kingdom devant ouvrir en 2014.

Le 19 juin 2012, la Jacksonville Port Authority annonce que le Walt Disney World Resort utilise désormais principalement le port de Jacksonville (Floride) construit en 2009 par le japonais Mitsui au lieu de Savannah (Géorgie) pour réceptionner les marchandises destinées à ses parcs de Floride, 25 % passant toujours par Savannah. Le 9 novembre 2012, Walt Disney World Resort annonce l’ouverture de deux cafés Starbucks, l’un au Magic Kingdom et l’autre à Epcot

Le 7 janvier 2013, Walt Disney World Resort lance un nouveau système de gestion des visiteurs nommé MyMagic+ comprenant plusieurs nouveautés donc le MagicBands un bracelet doté d’une puce RFID pour remplacer les billets d’entrée et FastPass. Le 9 janvier 2013, Disney annonce que George Kalogridis échange son poste de président du Disneyland Resort pour celui de président du Walt Disney World Resort. Le 17 décembre 2013, Disney annonce passer à la phase des tests grandeur nature pour le projet de bracelet MyMagic+ estimé à un milliard d’USD.

Le 20 février 2014, la société Harvest Power annonce avoir obtenu un contrat du Reedy Creek Improvement District pour construire une usine de méthanisation et produire de l’électricité à partir des déchets alimentaires du site de Disney World. En mars 2014, Disney pose la première pierre d’une quatrième blanchisserie, prévue pour 300 employés au printemps 2015 à proximité de l’ESPN Wide World of Sports. Le 18 juillet 2014, la direction de Walt Disney World Resort et six syndicats sont parvenus à un accord salarial valable jusqu’en 2020 dont l’un des points forts est l’augmentation du salaire horaire à 9$ dès 2014, puis 9,5$ en 2015 et 10$ en 2016. Le 8 octobre 2014, Marriott annonce construire à partir du 16 octobre deux hôtels dans une nouvelle zone de développement du Walt Disney World Resort nommée Flamingo Crossing et située à l’ouest du complexe.

Le , Disney World annonce vouloir sponsoriser l’équipe de football Orlando City Soccer Club. Le , Disney annonce l’agrandissement pour 2016 des attractions Soarin‘ à Epcot et Toy Story Midway Mania à Disney’s Hollywood Studios. Le , Robert Iger annonce le renommage futur du parc Disney’s Hollywood Studios à Walt Disney World Resort ainsi que la construction de plusieurs attractions. Le , Disney décide de changer de sous-traitant pour son service Disney Magical Express reliant l’Aéroport international d’Orlando au complexe de Disney World, licenciant indirectement 204 personnes.

Le , Disney interdit les perches à selfie dans ses attractions pour des raisons de sécurité à la suite d’un incident dans Big Thunder Mountain. Le , Alan Horn, le patron des studios Disney, annonce la création d’une zone de 5,6 hectares consacrée à l’univers Star Wars au sein du parc Disney Hollywood Studios. Une deuxième similaire sera aussi construite en Californie dans Disneyland. Le , Disney World poursuit la transformation de Downtown Disney en Disney Springs, avec la nouvelle phase du Town Center comprenant des boutiques internationales dans une architecture industrielle des années 1900 et un parking de 2 000 places. Le , Duke Energy annonce la construction d’une centrale électrique solaire à Disney World. Le , Disney World annonce la destruction du speedway pour agrandir le parking du Magic Kingdom. Le , Disney dévoile les plans d’une extension du Disney’s Wilderness Lodge comprenant 26 bungalows en bordure du rivage, semblables à celles sur pilotis du Disney’s Polynesian Resort. Le , un troisième hôtel de la marque Hampton Inn est prévu dans le projet Flamingo Crossings à la suite de la vente d’un terrain par Disney pour 4,25 millions d’USD. Le , une cérémonie est organisée pour officialiser le changement de nom du Downtown Disney en Disney Springs. Le , Disney World change sa politique de billets saisonnier et annuel avec des prix plus importants dans les périodes d’affluence et en profites pour augmenter ses tarifs. Le , Disney World révise à la hausse sa demande de compensation pour son développement sur 30 ans à 575 acres au lieu de 350. Le , les Magic d’Orlando et Disney World prolongent leur partenariat en faveur du sport local

Le , un petit garçon âgé de 2 ans meurt de noyade après avoir été happé par un alligator, alors qu’il jouait sur les rives du Seven Seas Lagoon. , suite au décès d’un petit garçon happé par un crocodile, Disney World retire les références à l’animal comme les topiaires ou la présence de Tick Tock Croc de Peter Pan et Louie (Disney) de La Princesse et la Grenouille dans les parades et spectacles. Le , Disney au travers de sa filiale de développement Flamingo Crossings a vendu 8 acres (32 375 m2) de terrain à un groupe hôtelier local à l’ouest du complexe pour 8,05 millions d’USD.

Le , le journal Orlando Sentinel annonce que le Reedy Creek Improvement District prévoit de dépenser plusieurs millions de dollars pour améliorer les transports de Disney World. Parmi les projets évoqués, il y a 350 millions d’USD de projets qui doivent s’achever en 2018 comme un pont à proximité du parking du Magic Kingdom pour séparer le trafic des visiteurs de celui des résidents des hôtels, une prolongation de la Western Way mais aussi une réduction des intersections dangereuses et des travaux préliminaires en raison des agrandissements de Disney’s Animal Kingdom (Pandora: The World of Avatar) et Disney’s Hollywood Studios (Toy Story Land et Star Wars Land). À cela s’ajoute 80 millions supplémentaires pour un troisième parking silo à Disney Springs prévu à l’été 2019, sachant que les deux premiers parkings ouverte en 2016 ont coûté 365 millions d’USD. Le , le département des transports de Floride annonce qu’il va démolir la zone commerciale Crossroads at Lake Buena Vista autrefois développée par Disney à l’est du Disney Springs pour reconfigurer l’échangeur autoroutier.

La première fermeture des parcs eut lieu pendant l’Ouragan Floyd en 1999, qui provoque des évacuations dans toute la région.

Le complexe entier de Walt Disney World Resort ferma le 11 septembre 2001 et rouvrit le lendemain. Les hôtels étaient restés ouverts mais le reste du domaine de loisirs fut fermé afin d’éviter que les visiteurs soient la cible d’une attaque terroriste supplémentaire.

Les ouragans Charley et Frances passèrent dans la région durant l’été 2004, provoquant deux nouvelles fermetures. De même en 2005, plusieurs ouragans firent fermer l’ensemble du complexe.

Le , l’ouragan Matthew provoque une nouvelle fermeture du complexe.

Le complexe comprend des attractions pour divertir les touristes : plusieurs parcs à thèmes et divers lieux de loisirs. De plus la société Disney a voulu étendre son offre touristique en liant intimement le complexe à la Disney Cruise Line, une compagnie de croisière dont le port d’attache se trouve à une centaine de kilomètres à l’est près de Cap Canaveral.

Première partie du parc achevée en 1971 et réalisée sur le modèle de Disneyland, son emblème est le Château de Cendrillon. Sept « pays » le composent et regroupent par thème les attractions les plus célèbres de Disney.
Bien que ce soit le plus vieux des parcs du complexe et aussi le plus petit, c’est toujours le Magic Kingdom qui attire le plus de visiteurs. C’est le seul parc que voulait construire Walt Disney dans le complexe, les autres ont été décidés après sa mort. Walt souhaitait que la zone devienne une ville futuriste, EPCOT.

C’est une exposition internationale permanente, en deux parties, ouverte le 1er octobre 1982, Future World sur le futur et les technologies, l’autre World Showcase présente onze nations. L’emblème est une énorme géosphère appelé « Vaisseau Terre » (Spaceship Earth). La cérémonie d’ouverture n’a eu lieu que le 24 octobre de la même année.
De nombreux pavillons ouvrirent plus tard dont Horizons juste un an après, désormais remplacé par Mission : Space. Malheureusement son côté très éducatif n’en fait pas un lieu de divertissements. De plus les pavillons étaient tous sponsorisés par des grands groupes américains ce qui faisaient ressentir aux visiteurs un certain malaise, une sensation de consommation forcée. Les sponsors disparurent petit à petit car ils refusaient de renouveler leurs contrats avec la société Disney, le prix dépassait les retours sur investissement. Les dirigeants actuels de Disney essaient toutefois de renouveler l’offre du parc en éliminant un peu le côté rébarbatif.

Ouvert sous le nom Disney-MGM Studios qu’il garde jusqu’au 7 janvier 2008 au profit de Disney’s Hollywood Studios. C’est un parc sur le thème des studios de cinéma, ouvert en 1989. Son emblème fut le Grauman’s Chinese Theatre puis le château d’eau aux oreilles de Mickey mais ils ont été remplacés par une version géante du chapeau de Mickey dans l’Apprenti sorcier (Fantasia).
Ce parc part à l’origine d’une idée de pavillon sur l’histoire et les techniques du cinéma dans Epcot. Le sujet est très vaste et c’est presque un affront pour un studio de production de ne faire qu’une seule attraction. Au début le parc est assez petit et ne contient qu’une dizaine d’attractions mais le succès arriva rapidement. Les attractions sont actuellement nombreuses et spectaculaires telles que la Tour de la Terreur ou Rock ’n‘ Roller Coaster. Il doit accueillir deux nouveaux secteurs l’un dédié à Star Wars where to buy a sweater shaver, l’autre dédié à Toy Story.

C’est un parc à vocation zoologique, ouvert en 1997, son emblème est « l’Arbre de Vie » (Tree of Life). Le parc contient cinq land (cinq zones à thèmes variés) symbolisant à la fois différents pays/continents mondes et des zones plus Disneyennes : l’Asie (Asia), l’Afrique (Africa), Discovery Island (sorte de Main Street U.S.A version animalière) et Dinoland USA (un thème plus léger par son traitement, malgré son sujet : les dinosaures).

Les lacs avec leurs parcours pédestres ou hippiques, leurs marinas et bien d’autres activités:

Dans un souci d’histoire cher au conteur Walt Disney, de nombreux éléments en dehors des parcs ont une histoire imaginaire expliquant leurs origines et les associant en ces lieux. C’est le cas de Pleasure Island, ancienne usine, propriété de M Merrywather Adam Pleasure, fabricant de voile, ce qui explique l’aspect industriel de l’île. L’usine fut abandonnée en raison de la Seconde Guerre mondiale et d’un ouragan, celui-là même qui créa le parc de Disney’s Typhoon Lagoon. Un hiver glacial apporta ainsi la neige du Disney’s Blizzard Beach…

Walt Disney World en plus d’avoir plusieurs parcs d’attractions est aussi un important complexe hôtelier. Il compte actuellement plus de 20 000 chambres d’hôtel. Tous les hôtels sont thématisés et participent à l’ambiance développée par les architectes de Disney. Ils ont de nombreuses activités et permettent aux visiteurs de prolonger leurs séjours.

Le complexe possède dans ses hôtels aussi de nombreux centre de congrès pour attirer le tourisme d’affaire.

En plus des transports à l’intérieur des parcs (à l’image de Disneyland), le domaine comprend de nombreux moyens de transports afin de relier les différents éléments le constituant. Ces transports considérés comme des transports publics sont gratuits pour les personnes possédant un billet pour un(les) parc(s) ou sa carte de résident d’un hôtel du Walt Disney World.

Les lacs et rivières, ainsi que les forêts permettent aussi de faire du bateau ou du cheval.

Walt Disney World a comme Disneyland un monorail mais ici il est conçu comme un véritable moyen de transport. Durant longtemps il fut le seul monorail à avoir cet usage. Il reste le monorail le plus fréquenté au monde. Seul celui de Las Vegas, agrandi en 2003 possède un réseau comparable.

Des bateaux parcourent aussi le système de drainage géré par le Reedy Creek Improvement District. Des ferries relient en permanence le Magic Kingdom au parking qui lui est dédié de l’autre côté du Seven Seas Lagoon, proche du Transportation and Ticket Center. D’autres ferries relient ce centre de transport au camping situé sur les rives de Bay Lake, avec un arrêt au Disney’s Wilderness Lodge Resort.
Un ferry relie Epcot (depuis l’International Gateway) au Disney-MGM Studios en passant par le Crescent Lake longeant les Disney’s BoardWalk Resort avec son centre de divertissement, Disney’s Yacht & Beach Club Resort, Walt Disney World Dolphin & Swan.
Un autre relie toutes les 40 minutes Downtown Disney, sur les rives du Lake Buena Vista, au Disney’s Port Orleans Resort (Riverside et French Quarter) en longeant le Disney’s Old Key West Resort et le récent Disney’s Saratoga Springs Resort le long de la rivière Sassagoula.

Des locations de bateaux, jet skis ou barques pour faire des petites excursions, des courses ou de la pêche sont possibles sur la plupart des lacs. Les minis hors-bord sont appelés Wild Mouse.

Chaque parc possède son propre stationnement, le Magic Kingdom et Epcot possèdent des stationnement de plus de 8000 places, et près de 5000 places pour Disney’s Animal Kingdom et pour Disney’s Hollywood Studios. Auxquels il faut ajouter environ 3000 places pour Downtown Disney et celles des parkings de chaque hôtel.
Le parking du Magic Kingdom a été en partie amputé afin de construire une piste de course de voiture de type Indy Car (Cf. Indianapolis 500), la Disney’s Speedway. Des cours de conduite sont même organisés.

Sur les places de stationnement des parcs un système de trams (comparable aux longs camions à plusieurs remorques des Studio Tram Tour) permet de prendre les visiteurs et de les déposer ou de les prendre à l’entrée du parc ou du système de transport le plus proche. Ainsi sur celui du Magic Kingdom les visiteurs sont embarqués/débarqués au Transportation and Ticket Center qui regroupe une gare de bus, de monorail et un embarcadère de ferries.

Une flotte de bus opère sur la propriété. Elle est gérée par une filiale de la Walt Disney Company et baptisée Disney Transport, elle est gratuite pour les visiteurs hébergés par Disney ou ayant des entrées aux parcs.

Le Walt Disney World a lancé le 5 mai 2005 un service nommé « Disney’s Magical Express » permettant aux visiteurs de prendre un bus Disney dès l’aéroport d’Orlando directement pour leurs hôtels Disney. Leurs bagages sont eux aussi emmenés directement dans leurs chambres pour ceux qui le désirent (option offerte dans les forfaits et dans le cadre des vols domestiques). Cette astuce permet de rendre les vacances chez Disney „simple et facile“, bien qu’il rende les visites aux parcs concurrents d’Orlando comme Universal Orlando Resort ou SeaWorld mal aisées, voir impossibles.
À partir de 23 septembre 2005 l’aéroport international d’Orlando a interdit aux employés du service Disney’s Magical Express d’accueillir les visiteurs à l’intérieur du hall de l’aérogare en raison de dérapage. Certains visiteurs ont semble-il été accostés et les employés leur auraient proposé le service de bus directement dans le hall ce qui est assimilé à un démarchage rigoureusement interdit. Il faut rappeler que ce service est gratuit pour les personnes ayant réservées un forfait entrées+logement Disney.

D’après les plans imaginés par Walt Disney, un aéroport devait être construit sur le site, principalement afin de pallier l’absence à l’époque d’aéroport international (celui d’Orlando fut ouvert en 1974). Il devait être construit où se situe actuellement le Disney’s Animal Kingdom.

Mais un nommé Lake Buena Vista Stolport a longtemps existé sur le site. Situé le long de la World Drive à proximité du Disney’s Wilderness Lodge Resort et du Transportation and Ticket Center, il n’est plus indiqué comme actif depuis 2004, mais était encore nommé en 1998 comme aérodrome privé dans des documents régionaux mais absent depuis 1976 de la liste des aéroports américains. Toutefois en 2004 la piste et les bâtiments annexes sont toujours en parfait état.

En dehors des parcs de loisirs et des hôtels il est possible de pratiquer de nombreuses activités de loisirs ou professionnelles.

Walt Disney World est l’un des plus grands lieux de congrès d’Amérique du Nord, avec plus de 77 000 m2. Il est souvent cité comme étant en concurrence avec Las Vegas, et ce sans compter la région d’Orlando elle aussi suréquipée. Les centres de congrès sont associés aux hôtels :

Disney possède aussi les Disney’s Garden Pavilions deux salles au sein du minigolf Fantasia Gardens.

Depuis 1995, le Disney’s Fairy Tale Wedding Pavilion permet de faire une cérémonie de mariage de A à Z. Une chapelle, une salle de réception et plusieurs lieux aux magnifiques panoramas sont disponibles pour les différentes étapes du mariage. Il est même possible de coupler avec une croisière sur la Disney Cruise Line.

Walt Disney World selon le souhait de Walt Disney, possède plusieurs terrains de golfs. Avec actuellement quatre golfs de 18 trous, un de 9, et trois golfs miniatures, le complexe a été surnommé le Magic Linkdom.

Un cinquième parcours de 18 trous existait entre 1992 et mars 2008 mais a été transformé en complexe de luxe, le Golden Oak.

En plus du golf, le complexe de Walt Disney World permet la pratique de nombreux sports. On peut citer la pêche, le jogging, les sports nautiques ou le tennis. Les sports sont organisés dans les hôtels.

En 1997 le Walt Disney World a ouvert un centre sportif, le Disney’s Wide World of Sports dans le sud de la propriété, renommé en 2010 d’après la chaîne sportive ESPN, filiale de Disney.

Walt Disney World regorge de services divers pour mener à bien l’immense complexe de loisirs, certains sont des filiales de Disney et d’autres non.

En plus d’un service téléphonique, le site compte depuis le 21 juin 2009 un service de réservation par internet des restaurants du complexe.

La direction du complexe est installée dans un important bâtiment situé au sud de Downtown Disney : le Team Disney Building Orlando.28° 21′ 55″ N, 81° 31′ 17″ O

Juste à côté se trouve le Walt Disney World Casting Center qui héberge le service des ressources humaines.28° 22′ 11″ N, 81° 30′ 46″ O

Une partie des services administratifs et commerciaux occupent le Lake Buena Vista Office Plaza, aussi connu comme le Sun Bank Building en raison de la banque qui occupe le rez-de-chaussée, ouvert depuis le 18 juillet 1978. 28° 22′ 16″ N, 81° 30′ 44″ O

Le complexe et sa proximité comporte deux centres pour les enfants gérés par la YMCA où les employés de Disney peuvent déposer leurs enfants:

des sociétés de construction ou d’entretiens :

Quand le Magic Kingdom ouvrit en 1971, le Walt Disney World Resort employait environ 5 500 cast members. Aujourd’hui il emploie plus de 52 000 cast members, dépensant plus de 1,1 milliard de dollars en salaires et dégageant 478 millions de dollars de bénéfices chaque année. C’est le plus grand employeur sur un seul site des États-Unis, avec plus de 3 000 métiers.

Afin de gérer les employés, plusieurs bâtiments ont été construits dont le Team Disney Building de 280 mètres de long accueillant un cadran solaire de 40 m, ou le Casting Center traversé dans la longueur par un couloir ascendant menant à la réception située à l’autre bout.

Le 30 mars 2004, dans un article du Orlando Sentinel, le président de Walt Disney World, Al Weiss, donna quelques révélations sur la maintenance des parcs :

Plus de 5 000 cast members sont dédiés à la maintenance, y compris 650 horticulteurs et 600 peintres.
Le complexe de Disney World dépense plus de 100 millions de dollars chaque année en maintenance pour le Magic Kingdom. En 2003, 6 millions $ ont été dépensés pour la rénovation du Crystal Palace, un restaurant sur la place centrale fait de verre. 90 % des visiteurs déclarent que la propreté et l’état du Magic Kingdom sont excellents ou très bien.
Les voies dans les parcs sont nettoyées à la vapeur toutes les nuits.
Des cast members sont en permanence assignés à repeindre le carrousel de chevaux avec de véritables feuilles d’or.
Le parc dispose d’une réserve d’arbres sur le site. Ainsi s’il faut remplacer un arbre trop âgé mais sans dénaturer l’effet qu’il avait dans un parc, un arbre plus jeune (âgé de 30 ans) est prêt à lui succéder.

Walt Disney World est un complexe immense qui a coûté à la société Disney des sommes faramineuses. Voici quelques prix :

Mais il faut ajouter à cela les coûts des attractions ajoutées après l’ouverture des parcs, ainsi Mission : Space, une des dernières nouveautés d’Epcot (ouverte en août 2003) a coûté 150 millions de dollars.
La fourchette de prix des grandes attractions est actuellement de 50 à 150 millions de dollars.

Et il faut ajouter les nombreux hôtels, les centres de divertissements…. Le total est très difficile à chiffrer en raison de „l’opacité“ (relative) de la Walt Disney Company sur ses comptes.

Avant l’ouverture du complexe la région ne dépendait que des revenus du coton, du bétail et des agrumes. C’est en 1956 que la première grosse industrie s’ouvre avec l’usine Martin-Marietta, d’où les rumeurs de Boeing dans les années d’achats de terrains. Cette présence d’une industrie lourde poussa à la création de l’Université de Floride.

La population de la région vers 1960 était d’environ 395 000 habitants. Mais vers 1980 le chiffre de 805 000 fut dépassé pour atteindre 1,6 million en 2001.

À l’ouverture le parc n’était pas en mesure de subvenir correctement à ses besoins qui étaient gigantesques. La société Disney dut faire venir des personnes qualifiées pour compenser le manque de main d’œuvre spécialisée de la région.

Le parc ouvrit en octobre 1971. Il ne dépassa les 11 millions de visiteurs qu’en 1976. C’est l’ouverture de l’aéroport international d’Orlando, sous la pression de la Walt Disney Company, qui permit à la clientèle du parc de „s’envoler“. Il permit d’amener plus de visiteurs de tous les États-Unis et du monde. À l’origine Walt Disney avait même envisagé de construire son propre aéroport pour combler le manque.

La foule de visiteurs attira d’autres sociétés de parcs à thème (Universal, SeaWorld, …) et un nombre incalculable d’hôtels. Cette importante offre hôtelière permit de développer le tourisme d’affaire avec plusieurs centres de congrès en grande partie dans les hôtels.

La présence de nombreux hommes d’affaires attira les sociétés de haute technologie qui pouvaient trouver de la main d’œuvre et aussi des débouchés dans le tourisme. Walt Disney World et les hôtels de la région sont en guerre depuis de nombreuses années pour offrir le „meilleur confort“ à leurs clients. (Voir les innovations de Vista United Telecommunication). N’oublions pas aussi la proximité de Cap Canaveral, célèbre port spatial de la NASA.

En 2002, 42 millions de visiteurs viennent annuellement dans la région et génèrent pour 19,7 milliards de dollars de revenus. Ils peuvent ainsi profiter des 90 attractions, 102 000 chambres d’hôtels, 150 parcours de golf et 3 800 restaurants recensés en 2002.

Le complexe de Disney World, à lui seul, embauche une importante part de la population active. Les cast members étaient au nombre 5 500 en 1971 mais plus de 51 500 en 2001. Ce serait le premier employeur de Floride. Les activités du complexe aurait généré 130 000 emplois indirects et la construction de 40 000 appartements ou maison d’habitations (chiffres de 1996, source Encyclopédie Universalis).

Le réseau autoroutier de la région n’est pas en reste, plus de trois autoroutes ont été spécialement construites entre la ville, son aéroport situé au sud-est à la limite de la ville et le complexe de Walt Disney World au sud-ouest. Disney World n’était desservi en 1971 que par l’I-4. Cette dernière est devenue un véritable corridor touristique. Cette zone accueille la plupart des attractions et des hôtels. Et l’espace compris entre Disney World et l’aéroport a vu pousser de nombreuses zones résidentielles pour héberger les employés. L’agglomération s’est réellement développée en direction du complexe de Disney.

Un peu plus loin le bassin portuaire de Port Canaveral est devenu un vrai port touristique en raison de sa proximité avec l’aéroport d’Orlando et de l’importante clientèle qui passe dans la région. À l’origine il ne servait que rarement pour le centre spatial Kennedy dont il sert d’entrée sud.

En 2011, un rapport de Disney estime que pour l’année 2009 l’impact des activités touristiques de Disney sur l’état de Floride s’élève à 18,2 milliards de $ directs et indirects dont 6,3 milliards de revenus directs détaillés comme suit 1,8 milliard pour les salaires des 59 000 employés, 2,3 milliards pour les services et biens achetés par Disney, 1,7 milliards d’achats de vacanciers hors Disney. En 2012, l’agglomération d’Orlando compte 64 000 employés Disney.

L’impact économique est aussi plus large ainsi le 19 juin 2012, la Jacksonville Port Authority annonce que le Walt Disney World Resort utilise désormais principalement le port de Jacksonville (Floride) construit en 2009 par le japonais Mitsui au lieu de Savannah (Géorgie) pour réceptionner les marchandises destinées à ses parcs de Floride, 25 % passant toujours par Savannah.

La crise aérienne post-11 septembre, réduisit fortement le tourisme de masse et le nombre de visiteurs chuta. Walt Disney World a modifié son vaste plan de rénovation hôtelière lancé à la fin des années 1990 afin d’occuper les chambres libres des autres hôtels de son complexe. De nouvelles attractions ont commencé à être construites afin d’attirer à nouveau les visiteurs.

D’après les chiffres de 2004 le tourisme commencerait à sortir de cette crise. Mais les résultats financiers du complexe ne sont plus exactement comme avant. Walt Disney World était considéré comme une « vache à lait » pour la Walt Disney Company mais depuis 2002 c’est la branche télévision et surtout les chaînes câblées qui lui rapportent de l’argent. Le complexe de Floride fut déficitaire pendant quelques années. Il serait revenu dans le positif au dernier trimestre 2004.

Voici deux tableaux présentant l’évolution depuis 1971 du nombre de visiteurs et des tarifs de Walt Disney World.Sur celui des visiteurs on peut remarquer la réduction due à la crise post-11 septembre 2001.

Seule l’ouverture du second parc a réellement fait augmenter la fréquentation du complexe, en la doublant presque. C’est depuis l’ouverture en 1989 du troisième parc et de nombreux hôtels que la fréquentation du complexe a commencé à grimper lentement. Pour information c’est l’agglomération d’Orlando et les motels qui ont absorbé l’augmentation des visiteurs en 1982, d’où la réponse de Disney à partir de 1988 avec l’ouverture de plus de 20 hôtels en 15 ans.

NB :

On peut remarquer que le prix d’entrée du complexe a toujours augmenté et ce régulièrement. Il est toutefois comparable à ceux pratiqués à Disneyland Resort et Disneyland Paris. Les tarifs augmentent principalement en janvier en raison des changements de valeurs des taxes fédérales et très souvent en juin ou septembre voir les deux. Ainsi, en 1986, il y eut trois augmentations mais aucune entre 1975 et 1977 juicing a lemon by hand.

Il faut aussi noter qu’en 1981 et en 2005 le système de tarification fut intégralement revu. Avant 1981 un droit d’entrée était perçu, puis il fallait acheter des tickets disponibles en carnet pour accéder aux attractions : A pour les plus petites et E pour les plus grandes.

Après 1981, un billet d’entrée complet (sauf les jeux d’arcades et stands de tirs) permettait d’accéder à toutes les attractions tandis qu’un forfait de 4 à 7 jours permettait de visiter l’ensemble des parcs sur la durée désirée.

Depuis 2005 les forfaits sont plus modulables et vont de 1 à 10 jours.

(en) le site détaille l’historique de tous les tickets avec des illustrations pour quasiment tous.

Disney a signé de nombreux accords de partenariats pour de nombreuses activités au sein du complexe. Ainsi les deux hôtels Walt Disney World Dolphin & Swan sont gérés par Starwood Hotels & Resorts sous les marques Sheraton et Westin.

La société Landry’s Restaurant gère de son côté les deux restaurants Rainforest Cafe de Disney Springs Marketplace et de Disney’s Animal Kingdom, le Fulton’s Crab House de Downtown Disney Pleasure Island, en plus du Rainforest Cafe de Downtown Disney Californie.

Sur les autres projets Wikimedia :


Tagged: , ,

Apr. 10.

Kreide (Geologie)


Die Kreide, in der populärwissenschaftlichen Literatur oft auch Kreidezeit (lat. Cretaceum, davon abgeleitet kretazeisch, meist verkürzt kretazisch: kreidezeitlich, die Kreidezeit bzw. entsprechend alte Gesteinsformationen betreffend), ist ein Zeitabschnitt der Erdgeschichte. Innerhalb des Mesozoikums (Erdmittelalter) ist es das jüngste und mit 80 Millionen Jahren das am längsten dauernde chronostratigraphische System (bzw. Periode in der Geochronologie). Sie begann vor rund 145 Millionen Jahren mit dem Ende des Juras und endete vor etwa 66 Millionen Jahren mit dem Beginn des Paläogens, des ältesten chronostratigraphischen Systems des Känozoikums.

Der Name Kreide wurde 1822 durch den belgischen Geologen Jean Baptiste Julien d’Omalius d’Halloy nach den stark Calciumcarbonat-haltigen Fossilien von Krebstieren, Korallen, Muscheln, Schnecken und Einzellern, die in den Gesteinen dieses Systems vorkommen, benannt. Das eher landläufig „Kreide“ genannte Gestein ist eine spezielle Form von Kalkstein. Allerdings können Sedimentgesteine der Kreidezeit aus völlig anderen Mineralen aufgebaut sein double wall stainless steel bottle, wie beispielsweise die überwiegend aus Quarzkörnern bestehenden und häufig vorkommenden „Kreidesandsteine“, deren Bezeichnung ausschließlich auf ihre Entstehungszeit hinweist.

Der exakte Beginn des Kreide-Systems und damit ein GSSP ist bisher noch nicht abschließend festgelegt worden. Voraussichtlich wird die Untergrenze der Kreide (und der Unterkreide-Serie sowie der Berriasium-Stufe) durch das Erstauftreten der Ammoniten-Art Berriasella jacobi definiert werden. Das Ende der Kreide ist mit der Iridium-Anomalie der Kreide-Tertiär-Grenze sowie dem Aussterben zahlreicher Wirbeltier- und Wirbellosen-Gruppen sehr gut definiert.

Das Kreide-System wird heute in zwei Serien und 12 Stufen unterteilt:

Übergeordnete, aber inzwischen veraltete Stufenbezeichnungen sind: Neokom (untere Unterkreide), Gault (obere Unterkreide), Emscher (jetzt Coniac und Santon) und Senonium (jetzt Santon, Campan und Maastricht).

Der Zerfall von Gondwana, der bereits im Jura begonnen hatte, setzt sich in der Kreide fort. Es kommt zur Trennung des noch zusammenhängenden Australien/Antarktika und des zu Beginn der Kreide ebenfalls noch zusammenhängenden Afrika/Südamerika, auch Indien spaltet sich ab i love football t shirt. In der Unterkreide beginnt sich zunächst der südliche Südatlantik zu öffnen. Diese Öffnung setzt sich dann im Laufe der Unterkreide weiter nach Norden fort. Im Turonium war dann eine durchgehende Verbindung zum Nordatlantik entstanden. Im Nordatlantik schreitet die bereits im Jura begonnene Ozeanspreizung zwischen Nordafrika und der nordamerikanischen Ostküste weiter nach Norden vor. Im Laufe der Unterkreide bildet sich das Teilstück zwischen der Iberischen Halbinsel und Neufundland. In der höheren Unterkreide und der tieferen Oberkreide spreizt auch die Biskaya, deren Verlängerung in den Pyrenäenraum reicht. In der Oberkreide entsteht westlich von Irland ein Tripelpunkt – ein Ast mündet in ein Grabensystem zwischen Nordamerika und Grönland, der andere weitet sich in der Oberkreide und im Känozoikum zum heutigen nördlichen Nordatlantik. In den Alpen ereignen sich erste Kollisionen („vorgosauische Gebirgsbildung“).

Das Klima in der Kreide war allgemein warm und ausgeglichen. Es ermöglichte einigen Dinosauriern, zumindest in den Sommermonaten bis in hohe südliche und nördliche Breiten vorzudringen. Die Pole waren eisfrei, und entsprechend war auch der Meeresspiegel sehr hoch, seinen Maximalwert erreichte er im Unterturon. Erst zum Ende der Kreide im Maastrichtium kam es zu einer Abkühlung und zu einer markanten Regression.

Wie schon in der vorausgehenden Jura-Zeit, wird die terrestrische Makro- und Megafauna von Dinosauriern beherrscht. Die Titanosauria der Oberkreide waren die größten je lebenden Landlebewesen. Aus Deutschland sind kreidezeitliche Dinosaurier vor allem durch zahlreiche fossile Trittsiegel und Fährten (Spurenfossilien) belegt. Berühmte Fundstellen sind Münchehagen, Obernkirchen und Barkhausen. Alle drei liegen in der Unterkreide des südlichen Niedersachsens. Die Fundstelle Münchehagen brachte unter anderem die fast 30 Meter lange Fährte Elephantopoides muenchehagensis hervor, die von einem großen Sauropoden verursacht wurde. Dinosaurier-Körperfossilien (d. h. Knochen und Zähne) sind aus jungunterkreidzeitlichen Füllungen von Karst­spalten in devonischen Massenkalken im Norden des Sauerlandes (Briloner Sattel) bekannt. In der Lokalität Nehden handelt es sich in erster Linie um Überreste des Pflanzenfressers Iguanodon. In der Lokalität Balve belegen fossile Zähne die Existenz von sowohl kleineren (dromaeosauriden) als auch sehr großen (tyrannosauriden) Raubdinosauriern. Im Maastricht (oberste Oberkreide) des Nordrandes der bayrischen Alpen sind zudem Knochen eines Hadrosauriers gefunden worden. Die bedeutendste Dinosaurierfundstätte Österreichs ist Muthmannsdorf am Ostrand der Alpen nahe Wiener Neustadt. Dort sind in Ablagerungen des Campans (mittlere Oberkreide) die Überreste des Ankylosauriers Struthiosaurus, sowie des Ornithopoden (und damit Iguanodon-Verwandten) Mochlodon sowie eines für die Oberkreide relativ „primitiven“ Theropoden („Megalosaurus pannoniensis“) gefunden worden.

Auch in den Kreidemeeren lebten Reptilien. Typische Vertreter der Oberkreide sind die Mosasaurier, nahe Verwandte der heutigen Warane. Typische wirbellose Meerestiere der Kreidezeit sind Ammoniten und Belemniten. Die Ammoniten entwickeln in der Kreidezeit eine bis dahin nicht dagewesene Formenvielfalt, mit unter anderem bestachelten und/oder korkenzieherartig gewundenen Gehäusen (sogenannte heteromorphe oder „aberrante“ Ammoniten). Mit der Art Parapuzosia seppenradensis lebten auch die größten bekannten Ammoniten in der Kreidezeit. Ein Exemplar aus dem Campan der Westfälischen Bucht weist einem Gehäusedurchmesser von etwa 1,80 Meter auf.

Die Säugetiere der unterkretazischen Jehol-Fauna belegen, dass Säuger bereits in der frühen Kreidezeit eine gewisse ökologische Vielfalt entwickelt hatten und begannen, aus dem „Schatten der Dinosaurier“ herauszutreten. So enthält die Jehol-Fauna mit Eomaia einen der frühesten Vertreter der Eutheria, und dieser zeigt Anpassungen an eine baumkletternde Lebensweise running bottle holder. Besonders instruktiv ist jedoch Repenomamus giganticus, der größte bekannte Säuger des Mesozoikums, mit einer Schädellänge von knapp 20 Zentimetern und einem geschätzten Lebendgewicht von 12 bis 14 Kilogramm. In seinem Rippenkorb wurden Überreste von Jungtieren der Dinosauriergattung Psittacosaurus gefunden, was als erster unzweifelhafter Nachweis dafür gedeutet wird, dass Säugetiere in der Kreidezeit Dinosauriern nachstellten und diese auch fraßen.

In der Unterkreide waren noch Bärlapppflanzen (Nathorstiana aborea), Farne (Weichselia, Hausmannia), Baumfarne, Ginkgoales (Baiera), Bennettitales, und Nadelbäume die vorherrschenden Pflanzen. Aus dieser Zeit stammen auch die Kohleflöze der Wealdenkohle im Weser-Ems-Gebiet am Rande des Teutoburger Waldes. Während der Kreide entwickelten sich die ersten strauchigen Blütenpflanzen. Die erste Gattung der Laubholzgewächse war Credneria mit dreispitzigen Blättern (Funde aus dem Harz). In der Oberkreide konkurrierten bereits viele Laubbäume wie Ahorn, Eiche oder Walnuss mit Nadelbäumen wie Sequoia und Geinitzia (aus den Aachener Schichten, Oberes Santonium). Gräser breiteten sich auf dem Festland aus und veränderten stark das Erosionsverhalten.

Gesteine der Kreidezeit stehen im Raum von Hannover, nördlich des Harzes, im Teutoburger Wald an den Externsteinen, in der Westfälischen Bucht und im Raum von Aachen bis Lüttich an. Berühmt sind die Kreidefelsen im Nationalpark Jasmund auf Rügen. Weiterhin finden sich Ablagerungen aus der Kreidezeit östlich der fränkischen Alb sowie am Alpen-Nordrand, in der Umgebung von Dresden und Děčín (Elbsandsteingebirge), in großen Teilen der Tschechischen Republik sowie im Karpatenvorland und zwischen Kielce und Krakau.

Zu den herausragenden Ereignissen der mittleren Kreidezeit zwischen ca. 120 Millionen und 80 Millionen Jahren gehört eine gewaltige Superplume-Aktivität im Bereich des westlichen Pazifiks. Der 40 Millionen Jahre anhaltende Vulkanismus riesigen Ausmaßes auf dem pazifischen Ozeanboden hatte globale Konsequenzen.

Trotz des während der Oberkreide vorherrschenden Tropenklimas postulieren einige Studien eine Vereisungsphase in höheren Breiten während des Turoniums (93,9 bis 89,7 mya). Allerdings bezweifeln andere Fachartikel diese Möglichkeit und lehnen die Existenz kontinentaler Eisschilde oder einer Meereisbedeckung in den damaligen Polarregionen ab.

Am Ende der Kreidezeit kam es zu einem weltweiten Massenaussterben, das fast alle Tiergruppen und viele Pflanzengruppen erfasste. Zu den Ursachen gibt es verschiedene Vorstellungen; die bekannteste Theorie ist ein Meteoriteneinschlag auf der mexikanischen Halbinsel Yucatán (Chicxulub-Krater). Aber auch der enorme Vulkanismus bei der Entstehung des Dekkan-Trapps zum Ende der Kreidezeit könnte durchaus eine mitentscheidende Rolle gespielt haben.


Tagged: , ,

Nov. 15.

The Huntsman & The Ice Queen


The Huntsman & The Ice Queen (Originaltitel: The Huntsman: Winter’s War) ist ein US-amerikanischer Fantasyfilm und sowohl ein Prequel als auch ein Sequel zu Snow White and the Huntsman aus dem Jahr 2012. In den Hauptrollen sind Chris Hemsworth, Charlize Theron, Emily Blunt und Jessica Chastain zu sehen. Regie führte Cedric Nicolas-Troyan. The Huntsman &amp i love football t shirt; The Ice Queen wird von Universal Pictures verliehen. Der Kinostart in den Vereinigten Staaten war am 22. April 2016, während der Film in Deutschland bereits am 7. April anlief.

Ravenna musste mit ansehen, wie ihre Schwester Freya aus dem Königreich floh, nachdem sie Opfer eines fürchterlichen Liebes-Verrates wurde. Freya floh in einen winterlichen Palast und schwor die Liebe aus Ihrem Land zu vertreiben. Sie ließ die Eltern junger Kinder töten und bildete diese Kinder zu Ihren Huntsmen aus, eine Armee aus tödlichen und ihr gehorsamen Jägern. Unter ihnen sind der Huntsman Eric und die Kriegerin Sara, die sich ineinander verlieben und deswegen von Freya verbannt wurden.

Als Freya erfährt, dass ihre Schwester von Eric besiegt wurde, macht sie sich auf den Weg, den magischen Spiegel zu finden und sich dessen fürchterlicher Macht zu nutze zu machen. Dabei erfährt sie, dass sie Ravenna wieder zum Leben erwecken kann. Zusammen und vereint drohen die Schwestern, das ganze Land zu unterjochen. Nur Eric und Sara können die Schwestern aufhalten.

Trotz insgesamt verhaltener Kritiken kündigte Universal Pictures im Juni 2012 eine Fortsetzung von Snow White and the Huntsman an. Für das Drehbuch wurde zunächst David Koepp verpflichtet, der das Projekt im August 2012 aber wieder verließ. Die nächsten Drehbuchfassungen wurden von Craig Mazin und Evan Spiliotopoulos geschrieben. Nachdem eine Affäre zwischen Kristen Stewart und Rupert Sanders bekannt wurde, wurde die Fortsetzung zunächst auf Eis gelegt, bevor im Juni 2014 ein Prequel namens The Huntsman angekündigt wurde. Als Regisseur wurde Frank Darabont verpflichtet, der wiederum eine neue Drehbuchfassung ablieferte, das Projekt aber im Januar 2015 verließ. Als neuer Regisseur wurde Cedric Nicolas-Troyan engagiert, der bereits bei Snow White and the Huntsman als Second-Unit-Regisseur und VFX-Supervisor tätig war und in letzterer Funktion eine Oscar-Nominierung erhalten hatte.

Chris Hemsworth, Charlize Theron und Nick Frost kehrten für das Prequel in ihren Rollen zurück. Zunächst sollte auch Kristen Stewart eine Rolle im Film spielen, wurde dann jedoch aus dem Film geschrieben. Im Februar 2015 wurde Jessica Chastain verpflichtet. Im selben Monat kamen Gerüchte auf, dass Emily Blunt eine Rolle übernehmen würde. Dies wurde wenig später offiziell bestätigt. Sheridan Smith, Rob Brydon und Alexandra Roach erhielten ihre Rollen im März 2015. Im Mai 2015 wurde angekündigt, dass Sam Claflin auch zurückkehren wird.

Die Dreharbeiten begannen am 6. April 2015. Gedreht wurde in Waverley Abbey in Großbritannien best stainless steel bottle. Von Mai bis Juni fanden die Dreharbeiten im Windsor Great Park statt, sowie im Wells Bishop’s Palace und in der Wells Cathedral. Im Juli 2015 wurden in Puzzlewood die letzten Szenen gedreht.

Mitte November 2015 wurden die Filmplakate, ein Teaser-Trailer sowie der erste Trailer veröffentlicht.

Die Extended Version des Films hat eine Länge von etwa 120 Minuten.


Tagged: ,

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Die Highlights FASHION Berlin