Tag Archives: best water bottles

Okt. 28.

Charles Le Picq


Charles Le Picq (1744–1806) was an influential French dancer and choreographer.

Le Picq was a pupil of Jean Georges Noverre (1727–1810), one of the creators of modern ballet (ballet d’action). He was called the Apollo of the dance and performed in many countries, such as France, Austria, Russia and Spain. In the Mozart aria Rivolgete a lui lo sguardo (an alternate aria from Così Fan Tutte), Guglielmo boasts that he and Ferrando dance so elegantly „that Le Picq would bow before us“.

His wife was ballerina Guertroude Rossi eletric shaver. His stepson (his wife’s son) was the famous architect Carlo Rossi (architect).

In 1787 Charles Le Pic was invited to Russia bike water bottle, to St. Petersburg to head the Imperial ballet best water bottles. He arrived in St. Petersburg with his wife best water bottles for travel, who also got an invitation to work in the Imperial ballet, and his stepson.

The family was forever in Russia. The stepson of Charles Le Pic Carlo became the famous Russian architect.

Charles Le Picq was a huge influence on the development of Russian ballet. Thanks to him, the Noverre’ book Letters on the dance (fr: Lettres sur la danse ) are published in Russia (in French) in 1803. He advised in 1801 to invite to Russia the French choreographer Charles Didelot.


Tagged: , , ,

Aug. 22.

New Social Alliance


The New Social Alliance or New Social Movement was an idea supported by some British Conservatives in 1871 for an alliance between working-class leaders and aristocratic Conservatives to ameliorate the conditions of the working class. The historian John Vincent has called the New Social Alliance „conservative socialism“ and a „poor man’s Young England“.

In July 1871 the Conservative MP John Pakington proposed to Lord Derby a committee or a commission of Conservative peers and landowners to consider the needs of the artisan class as articulated by their leaders. The idea originated with John Scott Russell, a Scottish engineer and ship builder. This would unite the landed class with the working class against the mercantile and manufacturing employers. Derby noted that „J. Manners takes it up warmly, Carnavon rather approves, Pakington is hot for it, and Disraeli sees in it a new method of outbidding the Whigs, or rather Gladstone“. Some of the demands included: limiting the hours of work to eight hours a day; the right to take land compulsorily for working class housing; the sale of articles for consumption would be put on state account, suppressing the small tradesman; establishing technical schools; increased state provision for recreation and pleasure.

Derby opposed limiting working hours as this would involve, as he wrote in his diary,

…in principle something like an economical revolution, and that the whole scheme pointed in one direction – to the suppression of the capitalist, which would very soon be followed by that of the landowner and fundholder waterproof bags camping…In fact the plan, as he laid it before me, is that of the Socialists, as lately stated by themselves in a manifesto called Rights and Wrongs of Workmen, only with the part relating to the land left out.

In October Pakington gave a speech in which, according to Derby, he said „that the State was bound to provide the workingmen with lodging at fair rents and wholesome food at reasonable price“. The newspapers saw this as „an attempt at coalition between Conservatives and Socialists, on the basis of ‚Young England‘ ideas of twenty-five years ago“. The Spectator claimed that Pakington gave a speech „inclining almost too strongly to that beneficent view of Government which but a few years ago political economy was never weary of denying“ and claimed:

We can scarcely doubt that this address was really intended to strike the first note of an aristocratic and Tory movement on behalf of the working man,—which should outflank Mr. Gladstone’s political justice by a liberal offer of social generosity.

The Spectator later wrote that the proposal was designed to carry out Disraeli’s ideas as aspoused in Coningsby and Sybil by „filling the chasm between „the two nations““.

At a speech at Blackheath on 28 October, the Liberal leader Gladstone warned his constituents against Pakington’s scheme:

…they are not your friends, but they are your enemies in fact, though not in intention, who teach you to look to the Legislature for the radical removal of the evils that afflict human life…. It is the individual mind and conscience, it is the individual character, on which mainly human happiness or misery depends. (Cheers.) The social problems that confront us are many and formidable. Let the Government labour to its utmost, let the Legislature labour days and nights in your service; but, after the very best has been attained and achieved, the question whether the English father is to be the father of a happy family and the centre of a united home is a question which must depend mainly upon himself. (Cheers.) And those who…promise to the dwellers in towns that every one of them shall have a house and garden in free air, with ample space; those who tell you that there shall be markets for selling at wholesale prices retail quantities—I won’t say are imposters, because I have no doubt they are sincere; but I will say they are quacks (cheers); they are deluded and beguiled by a spurious philanthropy, and when they ought to give you substantial, even if they are humble and modest boons, they are endeavouring best water bottles, perhaps without their own consciousness, to delude you with fanaticism, and offering to you a fruit which, when you attempt to taste it, will prove to be but ashes in your mouths. (Cheers.)

The historian Richard Shannon has written that Disraeli took no more than „a politely benign general interest in the scheme“ and it quickly faded from the political scene. However Shannon noted that „Disraeli’s name and reputation became, and remain, indelibly identified with its central argument as the vital element of what was later mythologised into Disraelian Conservative and Tory Democracy“.


Tagged: ,

Jun. 16.

Jamie Oldaker


James Oldaker (born September 5, 1951 in Tulsa, Oklahoma) is an American rock music, blues rock and country music drummer and percussionist. He is an exponent of the shuffle style. Married to Mary Billings Oldaker.

One of the first bands that Oldaker was a member of in 1965 was called The Rogues Five. The Rogues Five saw regional success and opened for other more popular bands such as The Doors at the Tulsa Convention Center in Tulsa, Oklahoma. Oldaker and The Rogues Five were a regular band on KOTV’s popular teen dance show “Dance Party.” After a stint in Bob Seger’s band (on the album Back in ’72), Oldaker joined Eric Clapton in 1974 during the recording of 461 Ocean Boulevard. Oldaker remained a member of Clapton’s studio and touring bands through 1979, when the entire band was dismissed. Oldaker would return to the Clapton band in 1983, leaving in 1986. Oldaker appears on the blues side of the live recording 24 Nights from 1990 and 1991. Not long after leaving Clapton’s band, Oldaker briefly became a member of Kiss guitarist Ace Frehley’s project, Frehley’s Comet, appearing on the 1988 album Second Sighting. He is a former member of the alt.country band The Tractors.

Oldaker has also recorded with musicians such as The Bellamy Brothers, Asleep at the Wheel, Peter Frampton, Stephen Stills, Leon Russell, Ace Frehley, Freddie King, and The Bee Gees lady remington shaver.

In August, 2005 Oldaker released Mad Dogs & Okies on Concord Records, a collection of tunes celebrating the music and musicians of Oklahoma, which he produced running pocket belt. Collaborators include Eric Clapton, Vince Gill, J. J. Cale, Willie Nelson best water bottles, Ronnie Dunn, Bonnie Bramlett, and Joe and Ellen. It will be accompanied by a companion film project.

Jamie is currently involved in working with the organizers and the building of the OKPOP museum in Tulsa, OK. He and his wife, Mary, are also hosts to an annual fundraiser fabric shaver canada, MOJO Fest, to raise money for the Tulsa Day Center for the Homeless, a cause they are very passionate about.


Tagged: , , ,

Feb. 20.

Magnadyne


Magnadyne è stata un’azienda italiana produttrice di elettronica di consumo e di elettrodomestici. Attualmente i diritti del marchio sono gestiti dalla società Twenty S.p.A..

La storia di questa ditta ebbe effettivamente inizio nel 1922 a Torino, quando il sig. Paolo Dequarti, allora sedicenne, iniziò ad occuparsi della costruzione di apparecchi radio in una piccola officina elettromeccanica, che dovette poi interrompere per rispondere alla chiamata al servizio di leva militare.

Ripresa in seguito l’attività nel 1928, il Dequarti (in qualità di socio occulto) insieme al sig. Mario Pesce diedero vita ad una nuova società denominata Magnadyne Radio di Pesce Mario S.A., attraverso la quale proseguì la costruzione di apparecchi radiofonici, affiancandola a quella degli accumulatori elettrici e degli apparecchi frigoriferi, in un capannone industriale sito in via sant’Ambrogio 10, accanto alla sede legale della società che si trovava al civico numero 8, nel quartiere torinese di Pozzo Strada.

Negli anni trenta, l’azienda cominciò a svilupparsi rapidamente best lemon press, tanto da riuscire a conquistare grosse quote nel mercato nazionale delle radio, superando nelle vendite alcuni concorrenti del settore sia nazionali che esteri, data la qualità ed il prezzo dei modelli. Tanto che nel 1935 si arrivò ad occupare in fabbrica 1.000 addetti, producendo in proprio tutti i componenti ad eccezione delle valvole, fornite da ditte esterne.

Nel 1937, il Dequarti acquistò l’intero pacchetto azionario della S.A. ing. Clemente Diena e nel 1939 diede vita alla Magnadyne S.A.. Nel 1941, il Dequarti rilevò pure tutte le quote del sig. Pesce „per una cifra del valore di 12 milioni di lire“. Ma l’anno successivo, a causa della seconda guerra mondiale, fu costretto a sospendere l’attività industriale, poiché i capannoni vennero completamente distrutti dai bombardamenti che colpirono in quel periodo Torino.

Nel 1943, le attività dell’azienda vennero trasferite in un capannone a Sant’Antonino di Susa the bottle & glass, e nel 1945 la produzione, seppur in misura limitata, poté essere ripresa, con la realizzazione di componenti per radioricevitori.

Nel 1948, fu aperto un altro stabilimento a Torino, in via Avellino, dove fu trasferita anche la sede legale, specializzato nella produzione di componenti elettronici.

Nel 1953, venne fondata dal Dequarti la società Visiola di Paolo Dequarti & C. s.a.s dortmund football shirt. con sede a Roma, la cui attività consisteva nella fabbricazione di apparecchi televisivi, e nello stesso anno creò la holding Infin s.a.s., con sede a Friburgo. Tutte le competenze della Magnadyne S.A. confluirono in questa nuova entità, e per questo, nel 1955, Magnadyne S.A. cessò di esistere, pur mantenendo in uso il marchio. La produzione si estese quindi dai televisori, alle radio, ai frigoriferi, alle lavatrici, alle valvole termoioniche, e dal 1961, ai transistor. Vendendo i prodotti coi marchi Magnadyne, Kennedy, Visiola, Damaiter, Eterphon, inclusi brand minori.

Sino alla seconda metà degli anni ’60, la Infin attraversò un periodo florido, ma sul finire del decennio, con l’aumento esponenziale della concorrenza estera, la società si ritrovò a dover fronteggiare una pesante crisi di mercato.

Nel 1971, il Dequarti chiese l’amministrazione controllata; e nello stesso anno, marchi e stabilimenti (con una forza lavoro pari a 2.100 addetti) passarono sotto il controllo della SEIMART (Società Esercizio Industriale Manifatturiere Radio e Tv), appositamente cerata dalla GEPI, per salvare le aziende italiane di elettronica in crisi. Con SEIMART, fu mantenuto solamente il marchio Magnadyne e la produzione navigò fra alti e bassi, in particolare, si registrò una sensibile contrazione nel comparto industriale, con la chiusura dello stabilimento di Torino e il trasferimento delle attività nel solo impianto di Sant’Antonino di Susa.

Nel 1976, la fabbrica fu direttamente inglobata nella GEPI, che diede vita alla società ELCIT – Elettronica Civile S.r.l. per la produzione, fra l’altro, di televisori a colori a marchi Magnadyne e RadioMarelli. Per buona parte degli anni ottanta, le attività ebbero un discreto andamento commerciale, nonostante le ristrettezze tecnologiche a disposizione.

Nel 1991, la Elcit con i suoi 116 dipendenti best water bottles, furono rilevati dalla azienda torinese Sandretto, produttrice di presse a iniezione. La nuova proprietà fece grossi investimenti per rilanciare e diversificare la produzione, ma ciò nonostante si registrarono troppe difficoltà a competere sul mercato, ormai caratterizzato dalla aggressiva concorrenza dei prodotti asiatici e turchi. Così, nel 1997, l’83 per cento del personale venne posto in cassa integrazione.

Nel 1998, l’azienda cessò definitivamente le attività, licenziando i circa 100 dipendenti rimasti nello stabilimento di Sant’Antonino di Susa, che chiuse parallelamente alla scomparsa dal mercato del marchio Magnadyne.

Twenty S.p.A., azienda che opera nella produzione e commercializzazione di grandi e piccoli elettrodomestici, ha acquistato, nel corso del 2014, lo storico brand Magnadyne, con il proposito di rilanciarlo a livello internazionale.

Nel 2016, la stessa società avvia la commercializzazione di una gamma completa di televisori LED e di piccoli elettrodomestici a marchio Magnadyne.


Tagged: , , ,

Dez. 14.

Contrexéville


Géolocalisation sur la carte : Vosges

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : France

Contrexéville est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Contrexéville est connue avant tout pour être une ville thermale dont l’eau minérale est commercialisée sous la marque Contrex.

Contrexéville est une petite ville située dans le Nord-Est de la France à l’ouest du département des Vosges. Elle est traversée par le Vair. Contrexéville est voisine de Vittel, qui est également une station thermale réputée. Depuis 1984/85, Contrexéville a accès à l’autoroute A31 dont l’échangeur n°9 est situé à 7 km sur la commune de Bulgnéville.

Le contournement de la ville a été inauguré le 25 juin 2005, et se situe entre l’autoroute A31 et Épinal.

Les études étymologiques ont longtemps été indécises avant de convenir que Contrexéville était formé du patronyme germain Gondéric (Guntharis), auquel s’ajoutent les suffixes iaca et villae (iacum pour le domaine et villa pour l’habitat). Initialement de Gundericiacavilla, le nom du village est devenu Gundrecivilla puis Contrexéville après les diverses modifications dues aux contractions linguales.

La présence des premiers chasseurs-cueilleurs est attestée il y a plus de 40 000 ans sur les plateaux qui dominent Contrexéville, grâce aux nombreuses découvertes d’outils en pierre taillée, dont des bifaces datés de la période du Paléolithique.

Toute la gamme des objets trouvés témoigne que les hommes se sont succédé en ces lieux. Les périodes mésolithique et néolithique, sont caractérisées par les pointes de flèches. C’est à partir de 5000 ans av. J.-C., que la sédentarisation des hommes fut un facteur de transformation du paysage par les essartages et les cultures.

Les traces des Gaulois, les Celtes de l’âge du fer sont encore visibles, les champs tumulaires parsèment encore nos forêts ; les nombreux objets qu’ils contenaient sont exposés au musée national de Saint-Germain-en-Laye, et à celui d’Épinal.

Cette période est très riche en vestiges et découvertes. Nul doute qu’à cette époque l’eau avait une place prépondérante dans le mode de vie et dans l’organisation spatiale des hommes.

Les voies romaines, les nécropoles, les villas fouillées ces dix dernières années par l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), sont autant de jalons qui nous permettent de restituer l’occupation des hommes sur le territoire de Contrexéville entre la période qui s’étend de la Tène (-300 av. J.-C.) à la fin de l’Empire romain (500 apr. J.-C.).

À cette époque les villages vont apparaître, des campagnes de fouilles ont permis de découvrir deux sites mérovingiens précurseurs du village de Contrexéville. Dans le centre-ville : un habitat avec sa forge, édifié sur les ruines d’une villa gallo-romaine. À la sortie nord de l’agglomération : une nécropole de 28 inhumations datées de 450 à 650 apr. J.-C., proche vraisemblablement d’un hameau. C’est la période où les noms de beaucoup de villes vont naître, Contrexéville en est un exemple (voir début de la partie Histoire).

Une longue période lacunaire de quatre siècles nous prive d’éléments historiques susceptibles de nous faire connaître l’évolution du village entre Gunderic au VIIe siècle, et la construction de l’église romane dédiée à saint Epvre au milieu du XIIe siècle.

Grâce à l’apparition du premier document écrit, un cartulaire qui fait sortir Gundericivilla de l’ombre en 1213, nous savons que le seigneur de Contrexéville est Aubert de Darney, un grand personnage qui fait don de l’église qui lui appartenait aux moines clunisiens du prieuré de Relanges (fondé en 1030 par Ricuin de Darney et sa femme Lancrède – confirmé en 1050 par le pape Léon IX). De nombreux parchemins conservés aux archives départementales nous permettent de suivre le lent développement rural de la communauté villageoise qui jusqu’à l’aube du XVIIe&nbsp waterproof running pouch;siècle, vivra au rythme des labours, des semailles et des moissons. La guerre de Cent Ans et l’arrestation d’un valet nommé Maurice qui espionnait pour le compte des Anglais et qui fut arrêté par le prévôt de Lamarche, puis au XVe siècle l’érection des potences par les nouveaux seigneurs et la présence du moulin banal sont les seuls événements marquants.

Vers 1580, à la recherche de l’eau miraculeuse, le célèbre Montaigne ne passe pas très loin de Contrexéville ; il séjournera à Plombières, souffrant de la gravelle (maladie qui l’emporta). Il eut été bien inspiré en venant se soigner à la fontaine minérale de Contrexéville qui, il est vrai, était réputée pour guérir ces maux, mais dont la notoriété ne dépassait guère les limites du finage. Il y a cependant au XVIe siècle un climat de prospérité qui va, dans un contexte spirituel exacerbé par les conflits religieux, se manifester par la création de nombreuses statues qui aujourd’hui encore ornent l’église paroissiale.

Le duché de Lorraine va subir la plus grande catastrophe de son histoire. De 1631 à 1648, les armées françaises et leurs alliées (notamment suédoises et croates) et celles du Saint-Empire romain germanique, soutenues par le duc Charles IV de Lorraine, vont s’affronter en traversant le pays dans tous les sens. Des reîtres et sbires de tous acabits, qui causent morts et destructions. Ce que les hommes n’auront pas fini, c’est la peste et la famine qui le terminera ! Nombreux sont les horribles témoignages rapportés par les narrateurs de l’époque.

Contrexéville est épargnée, protégée au fond de son vallon, bien à l’écart des grandes routes de communication ; ce ne fut pas le cas du petit village voisin d’Agéville (également orthographié Hagéville), incendié en 1634.

Peu de choses différencient Contrexéville des autres villages qui petit à petit se sont repeuplés, si ce n’est sa forge qui bat le fer en aval du village vers Outrancourt. Elle appartient au marquis des Salles, désormais seul seigneur de Contrexéville.

En 1736, le duc de Lorraine François III est contraint d’échanger ses duchés contre la Toscane. Il épousera la fille de l’Empereur germanique et sera le fondateur de la dynastie des Habsbourg-Lorraine. Le beau-père du roi de France Louis XV, le roi de Pologne déchu, Stanislas Leszczynski reçoit la Lorraine et le Barrois à titre viager.

À cette époque du siècle des lumières, on parle beaucoup des médecines douces et notamment des vertus curatives de certaines eaux minérales. En Lorraine on connaît celles de Plombières, Bains-les-Bains et Bussang, quand soudain à la cour de Stanislas, on vint à parler d’une fontaine minérale appartenant à Reine Lamblin, la veuve Brunon ; située à Contrexéville, un village du bailliage de Darney, son eau a guéri une jeune fille de la petite noblesse qui souffrait de calculs rénaux. Il n’en fallut pas moins pour que le docteur Charles Bagard, médecin ordinaire de Sa Majesté Polonaise ne s’intéresse de près à cette eau qu’il analysa pour la postérité, puisqu’il présenta son célèbre Mémoire sur les eaux minérales de Contrexéville devant la Société royale des sciences et des arts, le top glass water bottles.

En 1766, Stanislas meurt et le duché de Lorraine est annexé par le royaume de France.

La notoriété de l’eau de la fontaine minérale de Contrexéville va dès lors en grandissant. En 1773, Pierre Thouvenel un jeune médecin de 26 ans, tout frais émoulu de la faculté de Montpellier est nommé inspecteur des eaux minérales de Contrexéville. L’été dans la station et le reste du temps à Paris auprès de la cour du roi, il se livre à une étude dont le retentissement décida plus d’un noble à venir suivre une cure et faire des soins dans son modeste établissement thermal contrexévillois.

Pendant une dizaine d’année la fréquentation de la station est rehaussée par la présence d’une bonne partie de la bourgeoisie et de la noblesse lorraine et française.

Las de ne pouvoir améliorer le domaine thermal, et de n’avoir pu obtenir l’aide financière de l’intendant de Lorraine Chaumont de La Galaizière, le docteur Thouvenel quitte Contrexéville peu après 1781, alors que le propriétaire Jean-Baptiste Brunon (fils de Reine Lamblin) très endetté et manifestement piètre gestionnaire vend la source et une partie du domaine à un homme d’affaires nancéien Jean François Villiez.

À cette époque la vente annuelle est de 2 000 litres d’eau de Contrexéville. Lorsque la Révolution survint, la fréquentation de la fontaine minérale avait déjà bien périclité. Sans médecin inspecteur attaché à la station, elle avait perdu sa belle clientèle partie vers d’autres rivales.

La Révolution française passe sans dommage ; cependant les guerres qui s’ensuivent et celles du Premier Empire déciment une partie de la jeunesse du village.

Les documents de 1802 laissent entrevoir une reprise des cures, une cinquantaine de buveurs d’eau fréquentent la source minérale devenue propriété du sieur François Drouillot qui par la suite la léguera à son fils Victor (ils seront successivement maire du village de 1800 à 1826).

En 1840, Contrexéville est toujours un village voué à la culture. Il y a 708 habitants, 209 foyers et 184 maisons. Le nouveau propriétaire des eaux minérales Duperrier-Dumouriez annonce une centaine de buveurs d’eau autour de la fontaine minérale que l’on commence à appeler la « source du Pavillon », parce qu’un petit édifice octogonal en bois la protège ; de chaque côté une galerie fermée en fer à cheval la relie au bâtiment des bains d’une part, et à l’hôtel de l’Établissement d’autre part.

Si la vocation céréalière du village ne se dément pas, on perçoit cependant une hausse de la fréquentation, le nouvel hôtel de la Providence accueille les curistes. Le domaine thermal a changé de propriétaire ce sera le dernier, il se nomme Lormont-Brocard, et possède entre autres le parc et le château d’Épinal qu’il léguera à la ville, ce qui lui vaudra une petite rue à son nom pour la postérité…
Un nouveau réseau routier passe à Contrexéville : la route de Mézières à Belfort en 1845, puis celle d’Épinal à Langres en 1865; ainsi désenclavée et desservie la station voit le nombre des curistes en augmentation. C’est en 1850, qu’un curiste qui deviendra célèbre par la suite est venu boire pour la première fois à la source, il s’agit de Louis Bouloumié le fondateur du domaine thermal de Vittel. Le 8 décembre 1864, une société des eaux minérales de Contrexéville est créée, elle achète le domaine thermal. Dès lors le village connaît une embellie qui progressivement transforme la trame rurale en station thermale, ce ne sont pas les terribles épidémies de choléra de 1832 et de 1854, ni la guerre de 1870 qui freineront son expansion, même si le fait d’armes d’un téméraire lieutenant de l’armée française faillit déclencher en représailles l’incendie du village. En 1881, la voie ferrée dessert la station, mettant Paris à moins de six heures de Contrexéville, c’est ainsi que se déverse une foule de curistes de plus en plus nombreux.

En 1885, un nouveau pavillon des sources est construit par l’architecte Schertzer, sur le style du pavillon Baltard, où sont utilisés le fer la fonte et le verre.

Les fermes du village se convertissent en hôtels, en villas et meublés qui hébergent la clientèle. À la source on embouteille l’eau pour l’expédier. L’économie du village se transforme, les cultivateurs diversifient leur production en devenant éleveurs.

En 1899, la station compte 924 habitants, 268 foyers et 243 maisons auxquels il convient d’ajouter 32 hôtels. 3000 curistes fréquentent la station, la production d’eau embouteillée est de deux millions de litres par an.

De 1900 à 1914, c’est la Belle Époque, la ville a fini sa mutation, son visage est totalement modifié, sept hôtels sont édifiés dont deux palaces : le « Continental » et le « Cosmopolitain », les autres hôtels s’agrandissent quand ils trouvent encore de la place ou s’augmentent d’un étage supplémentaire. Le ruisseau qui traversait le village est désormais canalisé et recouvert d’une esplanade, la ville commence à s’agrandir en s’étendant le long des routes.

Le parc est agrandi, un temple protestant est bâti ainsi qu’une chapelle orthodoxe. Le casino est inauguré en juin 1900, c’est l’œuvre de l’architecte François Clasquin. Une nouvelle industrie vient de naître, pour répondre à la demande croissante d’eau en bouteille, une usine moderne est construite pour embouteiller l’eau minérale, la conditionner et l’expédier. À nouveau le domaine thermal est modifié, l’architecte Charles Mewès qui avait construit l’hôtel Cosmos, en est le concepteur ; il utilisera le béton qu’il habillera ensuite de céramiques. Après la démolition des bâtiments à la fin de la saison 1909, on entreprend la reconstruction d’un nouveau pavillon, d’une longue galerie à péristyles et d’un établissement de soins thermaux.

Des personnalités se côtoient dans ce Contrexéville mondain, le shah de Perse qui par trois fois viendra boire les eaux (1900, 1902 et 1905), la reine Isabelle II d’Espagne, la grande-duchesse Wladimir de Russie (qui s’y réfugiera après la révolution, y décédera et y sera inhumée avec sa famille) avec toute une colonie de Russes et une foule de diplomates. Parmi les curistes, notons aussi l’écrivain Octave Mirbeau, l’ancien préfet de police Louis Andrieux, père de l’écrivain Louis Aragon, et Jean Jaurès (1908).

Lorsque la guerre est déclarée en pleine saison thermale le , la station se vide de tous ses curistes et des jeunes Contrexévillois. S’ensuivent quatre longues années de conflit, les hôtels désormais transformés en hôpitaux accueillent les blessés en provenance du front. En 1914, la station compte 942 habitants, 292 foyers et 276 maisons auxquels il convient d’ajouter 39 hôtels. 4 800 curistes fréquentèrent la station en 1913.

L’après-guerre voit à nouveau l’affluence des curistes remplir les hôtels et l’activité économique reprendre, cependant une lutte d’influence modifie la physionomie du conseil d’administration de la Société des eaux minérales : en 1929 un nouveau président est élu, il s’agit de monsieur François André, le roi des casinos de France. À la même époque la crise économique frappe l’Europe après avoir ébranlé les États-Unis. Le comportement de la municipalité et celui de la société des eaux est différent pendant cette période de récession, le résultat qui va ensuite en découler s’en ressentira après la Seconde Guerre mondiale.

La ville de Contrexéville : le nouveau maire Marcel Boucher a des ambitions pour développer la station thermale, il tente de réaliser ses projets et s’il en réussit quelques-uns, il n’aboutit pas dans celui qui devait modifier radicalement l’urbanisme de l’agglomération en agrandissant et en créant un nouveau réseau routier, des zones hôtelières, des zones résidentielles, des zones industrielles, des espaces verts et un espace sportif. Il ne trouvera ni promoteurs ni investisseurs.

La Société des eaux minérales : elle aborde frileusement les événements, d’une part en gelant ses propres investissements, et d’autre part en ne s’engageant pas dans le projet municipal qui prévoyait entre autres la cession des terrains pour construire une nouvelle usine d’embouteillage. Le conseil d’administration axe toute son activité sur l’accueil des curistes qui représentent un potentiel de clientèle pour le casino. La vente de l’eau en bouteille est négligée, à peine modernisera-t-on les chaînes de production alors que les stations rivales investissent dans de nouvelles usines et dans l’agrandissement et l’amélioration de leur domaine foncier.

Le conflit de 1939–1945 surprend Contrexéville déserté par les curistes et les hommes en âge de combattre. Au début du mois de mai 1940 la station thermale abrite le quartier général de la 3e DINA et des unités hospitalières. Le 14 juin, un bombardement de la Luftwaffe, tue deux personnes en débâcle et endommage de nombreux bâtiments de la Société des eaux minérales ainsi que l’hôtel Continental.

Le 19 juin, les Panzer de Guderian investissent Contrexéville, une longue période d’occupation commence, pendant laquelle l’armée allemande établit un hôpital à l’hôtel Cosmos pour y recevoir en convalescence ses blessés de Russie et d’Afrique du Nord. L’économie locale est en régression : quelques curistes, l’embouteillage de l’eau minérale est insignifiant, on s’installe dans la pénurie.

La société des papeteries Mougeot de Laval-sur-Vologne ouvre en 1942 une mine de charbon (entre Contrexéville et Bulgnéville), qui était en sommeil depuis 1903, pour extraire le combustible nécessaire à sa production. Elle emploiera jusqu’à 140 ouvriers dont beaucoup de jeunes qui échappèrent ainsi au STO en Allemagne, et parmi eux de nombreux résistants best water bottles.

Au mois de juin et juillet 1944, la répression frappe les FFI contrexévillois qui depuis quelque temps étaient passés de la phase du renseignement à celle du coup de main contre les unités ennemies qui se replient. Trois résistants sont emmenés en déportation, un seul d’entre eux reviendra des camps de concentration.

C’est le 11 septembre 1944 en fin de journée, que la 2e DB commandée par le général Leclerc libère la ville. Le sous-groupement du commandant Massu mène l’assaut avec les chars du 12e RCA et les fantassins du bataillon de marche du Tchad, 64 soldats allemands sont tués, de nombreux blessés et 500 prisonniers, côté alliés, on note la perte de deux fantassins français. Le lendemain l’assaut sur Vittel verra encore deux soldats français tomber au champ d’honneur, avant que la bataille de chars de Dompaire ne se termine les jours suivants à l’avantage de la 2e DB.

Contrexéville libérée, son maire résidant à Paris est condamné pour collaboration avec l’ennemi (il se réfugie en Argentine où il décédera en 1968). Une nouvelle page est tournée, il faut panser les plaies et reprendre les activités.

La mine de charbon fermera ses portes en 1952, l’embouteillage et l’envoi de l’eau minérale reprend, les saisons thermales vont petit à petit se succéder avec la présence d’un nombre de plus en plus important de curistes qui va atteindre le chiffre de 5000, notamment des Français d’outre-mer qui viennent se mettre « au vert ». Les hôtels après leur réfection, accueillent les estivants, seul l’hôtel Continental restera fermé, avant que son propriétaire n’en fasse don à l’État pour en faire un centre de formation professionnelle, aujourd’hui c’est toujours un lycée professionnel, où la formation hôtelière de qualité fait le renom de la station.

Contrexéville qui comptait encore 963 habitants en 1940 va soudain se peupler pour passer à 1785 habitants en 1950 puis 2864 en 1960. En 20 ans la population a été multipliée par 3. Cette augmentation a deux raisons :

La ville s’agrandit et s’embellit, le lac triple sa superficie. Un nouvel embouteillage industriel est construit à l’extérieur de l’agglomération et embauche de nombreux ouvriers, la production éclate, on passe à 800 millions de litres d’eau embouteillés par an.

Le thermalisme français subit une sévère régression à partir de 1970, avant que Contrexéville n’en subisse les conséquences déjà perceptibles puisque le nombre des curistes est descendu à 2500, et que des hôtels cessent leurs activités, une remise en question s’impose ; c’est le challenge que la municipalité, la société des eaux et les acteurs économiques de la ville vont affronter et résoudre avec succès.

En 1979, la station vosgienne, spécialisée dans les problèmes d’obésité, crée le « forfait ligne », un traitement de dix jours pour perdre les kilos superflus, avec, en vedette, un massage à quatre mains sous la douche. C’est un coup de génie qui va attirer dans la station une pléiade de nouveaux curistes : 1253 en 1980 pour atteindre 3442 en 1986. Il s’agit d’une nouvelle façon de vivre un séjour en station thermale pour un coût moindre que la thalassothérapie mais avec toutes les qualités de ce genre de produit et surtout une ambiance inégalable ouverte sur la nature.

Pendant ce même temps la chute du nombre des curistes traditionnels se poursuit, irrémédiablement, mais celle-ci est largement compensée par les différentes formes de séjours proposées par l’établissement thermal et l’office de tourisme.

Contrexéville continue son expansion, la ville se dote de multiples installations culturelles et sportives, et continue de s’agrandir pour former une agglomération étendue, après la restructuration du centre-ville celle-ci conserve un domaine thermal formant un espace de verdure agréable.

Mais un nouveau tournant doit nécessairement être négocié, à la suite des événements de la fin du XXe siècle. En 1992, le groupe Perrier propriétaire de l’embouteillage et de l’établissement thermal est acheté par la société Nestlé, qui était déjà propriétaire de la station thermale de Vittel depuis les années 1980. En 2000, la caserne de la BA 902 ferme ses portes, les militaires quittent la station, beaucoup sont restés, parce qu’ils étaient devenus Contrexévillois entre-temps.

Nestlé a alors engagé une réorganisation totale des deux sites hydrominéraux, tout d’abord en créant une société (AGRIVAIR) pour protéger et garantir la qualité des eaux minérales, puis en cédant en 2001, au groupe Partouche le casino de Contrexéville, les thermes et les domaines thermaux de Contrexéville et de Vittel, pour ne conserver que les usines d’embouteillage des eaux.

Au début du XXIe siècle une nouvelle aube se lève pour la ville de Contrexéville, qui poursuit son rapprochement avec Vittel, et qui a entrepris avec Nestlé et Partouche un dialogue pour favoriser la reprise d’un néo-thermalisme destiné à poursuivre la promotion de l’exploitation des eaux minérales dont la notoriété a fait le tour du monde.

Cependant en 2008, le maire, Arnauld Salvini se voit contraint de racheter les Thermes au Groupe Partouche qui voulait empêcher l’ouverture de la saison thermale, pour raisons de « non-conformité », ce qui fut démenti quelques semaines plus tard par les représentants du ministère de la Santé.

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi :

Avec les taux de fiscalité suivants :

Ses habitants sont appelés les Contrexévillois.

En 2013, la commune comptait 3 336 habitants. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année.

Remarque : l’interprétation de ces données peut être biaisée par l’absorption de l’ancienne commune d’Outrancourt en 1965 par la ville.

À la suite de la réforme sur les intercommunalités, les villes de Contrexéville et Vittel créent la communauté de communes de Vittel-Contrexéville en 2010. Elle est créée le 1er janvier 2010 sous la dénomination de « communauté de communes des Sources de Vittel-Contrexéville » et ne compte alors que deux communes. Elle est renommée plus tard en « communauté de communes de Vittel-Contrexéville ». Elle compte aujourd’hui onze communes.

L’intercommunalité de Vittel-Contrexéville a mis en place une « Route des Jardins » qui a pour but de donner à chaque commune de la communauté une identité via la faune et la flore. À Contrexéville best plastic bottles for water, il s’agit du Jardin russe.

Le groupe Nestlé qui a racheté en 1992 le groupe Perrier, incluant Contrex, possède un important centre d’embouteillage de l’eau minérale au sein de la ville. Celui-ci est constitué entre autres d’une usine d’embouteillage employant environ 900 personnes et occupant une surface d’exploitation de 250 000 m2. L’usine d’embouteillage produit actuellement 600 millions de bouteilles par an (contre 500 millions en 1998 et 100 millions en 1958). Les nappes phréatiques situées sous Contrexéville sont pompées en de nombreux endroits dans la ville et dans les villages alentour grâce à des stations de pompage appartenant au groupe.

Depuis 1774, date de la création du premier établissement thermal, Contrexéville attire de nombreux curistes qui s’y font prodiguer des soins du corps et du visage. Les thermes sont ouverts toute l’année. Couplés à la consommation d’eau minérale des sources thermales, les thermes proposent des cures médicalisées ainsi que des soins de détente et de beauté, principalement centrés sur l’aide à la minceur. Les thermes ont reçu du ministère de la Santé l’agrément pour les soins suivants :

Les eaux de Contrexéville sont employées également contre les maladies des reins, du foie, la goutte, le diabète et les rhumatismes.

Une route de vacances commence à Contrexéville. C’est la Route verte (en allemand : Grüne Straße) qui passe par les Vosges, franchit la frontière (le Rhin) à Neuf-Brisach et va vers Fribourg-en-Brisgau, puis à travers la Forêt-Noire et termine dans sa route du nord à Lindau et dans sa route du sud à Constance en Allemagne.

C’est à Plombières-les-Bains que s’est déroulée la rencontre annuelle de la Pastorale Régionale du Tourisme, des Loisirs et du Thermalisme Région Est.

Élevage de bovins et d’ovins.

C’est par une délibération du que le conseil municipal a décidé de doter la ville de ce blason accompagné de la devise « Fons non fama minor », qui peut se traduire par « La source n’est pas inférieure à sa renommée ».

Sur les autres projets Wikimedia :


Tagged: , , ,

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Die Highlights FASHION Berlin